Accueil Enseignements Textes fondamentaux Dhammapada XVIII. Mala-vagga : Versets sur les impuretés

Dhammapada XVIII. Mala-vagga : Versets sur les impuretés

38
0

DHAMMAPADA


Bouddha_nuage-52d9b-5.jpg

XVIII. Mala-vagga : Versets sur les impuretés


235 – 238 Tu ressembles aujourd’hui à une feuille jaunie
Les messagers de la mort se rapprochent.
Sur le point d’entreprendre l’ultime voyage,
Tu n’as encore fait aucune provision.

Construis-toi une île ! Travaille vite ! Développe la sagesse !
Si toutes les impuretés s’envolent
Immaculé,
Tu atteindras la demeure sublime des Nobles Etres.

Tu arrives au terme de ta vie,
Tu t’avances vers Yama, le roi de la mort.
Tu n’auras nulle part où te reposer en chemin
Et tu n’as encore fait aucune provision.

Construis-toi une île ! Travaille vite ! Développe la sagesse !
Si toutes les impuretés s’envolent
Immaculé,
Tu n’auras plus à repasser par la naissance et le vieillissement.

239 Tout comme l’orfèvre
Pas à pas, peu à peu, d’instant en instant,
Retire les impuretés de l’argent qu’il fait fondre,
Le sage se libère de ses impuretés.

240 Tout comme la rouille — impureté du fer —
Attaque ce fer même dont elle est issue,
Ceux qui agissent négligemment
Sont attaqués par la corrosion de leurs propres actions.

241 – 243 Si on ne récite pas les enseignements, ils se perdent.
Si on ne répare pas une maison, elle s’écroule.
Si on ne soigne pas la beauté, elle s’efface.
Si on n’est pas vigilant, l’attention disparaît.

L’adultère est l’impureté des personnes mariées,
L’avarice est l’impureté de ceux qui font la charité.
Les actions néfastes sont les véritables impuretés
Dans ce monde et dans celui d’après.

Mais plus impure que toutes ces impuretés
Est l’impureté ultime : l’ignorance.
Moines, abandonnez cette impureté ultime
Et vous serez libres de toute impureté.

244 – 245 La vie peut sembler facile
Pour qui n’a aucun scrupule,
Qui se comporte comme un corbeau insolent,
Qui est corrompu, médisant, osé et arrogant.

La vie peut sembler difficile
Pour qui est discret,
Toujours sincère, attentif et modeste,
Qui gagne sa vie honnêtement.

246 – 248 Celui qui tue, qui ment, qui vole
Qui convoite la femme d’un autre
Qui ne peut plus se passer d’alcool ou de drogue —
Celui-là fait pourrir les racines de sa propre vie
Dès à présent,
Dans ce monde.

Alors, toi qui souhaites t’orienter vers le bien,
Sache que les mauvaises actions sont dangereuses.
Ne permets pas à l’avidité et à la malhonnêteté
De t’enfermer dans une souffrance prolongée.

249 – 250 Les offrandes des gens
Sont fonction de leur foi et de leur conviction.
Si tu t’agites à la pensée de la nourriture et de la boisson
Que d’autres moines ont reçues
Tu ne pourras pas te concentrer en méditation —
Ni de jour, ni de nuit, ni à aucun moment.

Mais si tu peux couper cela,
Déraciner cette réaction, l’effacer complètement,
Alors tu pourras te concentrer en méditation
De jour comme de nuit — à tout moment.

251 Nul feu n’est plus brûlant que la passion
Nulle attaque plus violente que la colère
Nul piège plus grand que la vision erronée
Nul courant plus turbulent que l’avidité.

252 – 253 Il est facile de voir les défauts des autres
Mais difficile de voir les nôtres.
Nous étalons les erreurs des autres comme on secoue le grain
Mais cachons les nôtres comme un tricheur une mauvaise main.

Si nous cherchons sans cesse à voir les défauts des autres
Si nous trouvons toujours quelque chose à leur reprocher
Nos mauvaises tendances vont se développer
Nous serons loin d’en voir la fin.

254 – 255 Il n’y a aucune trace dans le ciel
Aucune contemplation hors de la Voie.
Les gens se délectent des faiblesses du monde
Mais les Etres Eveillés sont libres de toute faiblesse.

Il n’y a aucune trace dans le ciel
Aucune contemplation hors de la Voie
Aucun phénomène n’est éternel
Rien n’ébranle les Etres Eveillés.

Traduction par Jeanne Schut basée sur la version anglaise de Thanissaro Bhikkhu

Source : www.dhammadelaforet.org

Previous articleGyalwang Karmapa commence la session de…
Next articleLa Méthode de Catherine Kousmine