Accueil Enseignements Textes fondamentaux Dhammapada XIV. Buddha-vagga : Versets sur l’Eveillé

Dhammapada XIV. Buddha-vagga : Versets sur l’Eveillé

10
0

DHAMMAPADA


Bouddha_nuage-52d9b-2.jpg

XIV. Buddha-vagga : Versets sur l’Eveillé



Traduction par Jeanne Schut basée sur la version anglaise de Thanissaro Bhikkhu


179 – 180 Lui dont la conquête est irréversible,
Inaccessible au commun des mortels,
Eveillé. Son envergure illimitée, tout chemin effacé,
Par quel chemin pourrait-on l’égarer ?

En lui il n’y a pas de désir —
Cette soif dévorante qui mène au devenir.
Eveillé. Son envergure illimitée, tout chemin effacé,
Par quel chemin pourrait-on l’égarer ?

181 Les sages se consacrent à la méditation,
Se délectent de renoncement et de concentration.
Eveillés par eux-mêmes, pleinement conscients,
Ils font la joie et l’envie des êtres célestes.

182 Difficile de naître dans le monde des humains
Difficile de vivre la vie des mortels
Difficile d’avoir la chance d’entendre le véritable Dhamma
Difficile de voir émerger un Etre éveillé.

183 – 185 Ne pas faire de mal,
Accomplir ce qui est juste et bon,
Purifier son esprit —
Tel est l’enseignement des Etres éveillés.

Savoir tout supporter patiemment et maintenir le cap sur la Libération,
Telles sont les vertus suprêmes selon les Etres éveillés.
Qui blesse son prochain n’est pas un vrai renonçant
Qui maltraite son prochain n’est pas un vrai moine.

Ne pas médire, ne pas blesser, respecter la règle monastique,
Manger avec modération, vivre dans la solitude,
Se consacrer à élever son esprit —
Tel est l’enseignement des Etres éveillés.

186 – 187 Pas même une pluie de pièces d’or
Ne pourrait satisfaire nos désirs insatiables.
Les plaisirs des sens apportent peu de joie
Et beaucoup de chagrin.

Ayant compris cela, le sage n’a plus aucun intérêt
Pour les plaisirs des sens, même les plus élevés.
Il se réjouit de constater la fin de l’avidité.
C’est un disciple du Bouddha — l’Eveillé.

188 – 192 Les gens courent chercher refuge dans toutes sortes d’endroits
Dans les montagnes, les parcs, les sanctuaires ou les bois
Quand la peur les guide,
Quand le danger les menace.

Mais un tel refuge n’est pas sûr.
Ce n’est pas le refuge suprême.
Ce n’est pas le refuge qui, lorsqu’on s’y rend,
Libère de toute peur et de toute affliction.

Qui prend refuge dans le Bouddha, le Dhamma et le Sangha
Voit, avec une sagesse profonde et pénétrante,
Les Quatre Nobles Vérités :
La souffrance, sa cause, sa cessation
Et le Noble Octuple Sentier :
La Voie menant à la sérénité.

Voilà le refuge sûr
Voilà le refuge suprême
Voilà le refuge qui, lorsqu’on s’y rend,
Libère de toute peur et de toute affliction.

193 Il est difficile de rencontrer un être pur et parfait
Il est faux de croire qu’il peut en naître partout.
Mais, où qu’il naisse, un Etre éveillé
Apporte à ses proches bonheur et prospérité.

194 Bénédiction l’émergence d’un Etre éveillé
Bénédiction l’enseignement du véritable Dhamma
Bénédiction l’harmonie au cœur du Sangha
La quête des chercheurs de Vérité unis est une bénédiction.

195 – 196 Celui qui rend hommage et révère
Ceux qui sont dignes de révérence —
Les Etres éveillés ou leurs disciples
Qui ont transcendé tous les obstacles,
Les lamentations et le chagrin,
Qui ne risquent plus rien
Qui sont totalement libérés —
Celui-là en retire un mérite
Incommensurable.

Source : www.dhammadelaforet.org

Previous articleLa biodiversité envahit les villes
Next articleDhammapada XXIII Naga-Vagga – L’éléphant