Accueil Enseignements Textes fondamentaux Maha Satipatthana Sutta – Grand discours sur l’établissement de l’attention

Maha Satipatthana Sutta – Grand discours sur l’établissement de l’attention

30
0

univers_de_bouddha_400_x_300_-2.gif

Satipatthana (pali, smrti-upasthana en sanskrit), signifie établissement de l’attention.

Ce sutta est l’un des discours doctrinaux les plus importants du Bouddha. Ce dernier, donné directement aux bhikkhus dans le bourg marchand de Kammâsadhamma, y décrit comment le développement de la constante attention aux quatre satipatthana. Il se termine par une assurance de résultats probants, en sept ans, sept mois ou sept jours.

Il s’agit d’un membre essentiel de la pratique bouddhique : l’attention doit être établie, maintenue à chaque instant. Cette attention (sati) n’est pas, dans le cadre bouddhique, une attention froide, une observation extérieure ; c’est au contraire une présence claire, une conscience claire des choses et des événements mentaux.

Contexte :

J’ai entendu qu’en une occasion le Bienheureux se trouvait au pays des Kurus. Là, il y a une ville des Kurus nommé Kammasadhamma. Là le Bienheureux s’adressa aux moines: »Moines. » « Vénérable Monsieur, » répondirent les moines.
Le Bienheureux dit ceci: « Voici le sentier direct conduisant à la purification des êtres, à la conquête des douleurs et des lamentations, à la destruction des souffrances physiques et morales, à l’acquisition de la conduite droite, et à la réalisation de la Libération — autrement dit, les quatre cadres de références. Quels sont ces quatre?

« Il y a le cas où un moine demeure observant le corps dans le corps — ardent, alerte, et attentif — mettant de côté avidité et angoisse par rapport au monde. Il demeure observant les sensations… l’esprit… les qualités mentales dans les qualités mentales — ardent, alerte, et attentif — mettant de côté avidité et angoisse par rapport au monde.

Le Satipatthana sutta est un discours du Bouddha décrivant l’établissement de l’attention :

l’attention au corps ;

l’attention aux sensations ;

l’attention à l’esprit (citta – un esprit impliquant non seulement la partie rationnelle mais aussi la partie émotionnelle de nous-mêmes) ;

l’attention aux formations mentales (dhammas – le mot dhamma ne voulant pas ici dire enseignement du Bouddha, mais phénomène de base de notre expérience), celles-ci étant ici de cinq sortes : obstacles, agrégats, expérience des sens, facteurs d’éveil et nobles vérités.

Ce Satipatthana sutta est présent dans deux corbeilles du Canon pali, donc en deux versions : il y a le Satipatthana sutta (dans le Majjhima Nikaya), et le Mahasatipatthana sutta (dans le Dīgha Nikāya 22).

Source : sangharime.com->

Previous articleSOS Abeilles
Next articleL’atelier d’impression du canon bouddhique Dege contribue à la poursuite et au développement de la culture tibétaine