Accueil Espace Bouddhiste Art Sacré Yok-Thei-Pew birman : l’Art sacré de l’Expression

Yok-Thei-Pew birman : l’Art sacré de l’Expression

7
0

Le Théatre YOK-THEI-PWE

Le Yok-Thei-Pwe, theâtre de marionnettes, est la forme la plus expressive de l’art birman.

Il est né au Xème siècle, sous le règne de Anauratha (1044-1077), roi de Pagan, et a connu son apogée au XVIIIèmè siècle avec les royaumes de Mandalay. Cette forme d’expression artistique a été la première autorisée à la Cour. Les marionnettes n’étant pas des êtres humains, il n’y avait pas de problème à ce qu’elles dominent physiquement le roi et son auditoire en étant présentées sur une scène.

Aujourd’hui, ces spectacles font partie de la tradition populaire. Organisés dans les villages, ils rassemblent toute la population et peuvent durer la nuit entière.


Marionnettes_birmanie.gif

Le public est nombreux et fervent car on retrouve, dans ces manifestations, tous les mythes et légendes bouddhiques. Les contes du Ramayana et les histoires d’esprits bienveillants font la richesse du répertoire. Devant des spectateurs emerveillés, les personnages les plus divers apparaissent. Il y a parfois jusqu’à une trentaine de marionnettes sur scène. S’animent alors des princes et princesses, l’alchimiste danseur, Garuda, des nat (esprits bienveillants) et des natami (esprits féminins), Brahma, des animaux familiers ou mythiques tels l’éléphant ailé ou la licorne.

Ces représentations sont un spectacle complet car les histoires présentées sont entrecoupées de chants et de danses. Les musiciens ont un rôle majeur. Ils rythment les scènes de musiques provenant de toute l’Asie du sud-Est: Inde, Chine, Laos, Cambodge, Thailande. Les orchestres sont composés d’instruments à vent, de percussions et même d’une harpe.

Les marionnettes sont de véritables chefs-d’oeuvres. Elles peuvent atteindre 1mètre de haut et sont manipulées par des dizaines de fils. Les plus sophistiquées répondent à l’impulsion de 60 fils, permettant ainsi de mouvoir toutes les parties du corps, y compris les sourcils.

Les vêtements sont riches et raffinés. Ces figures de bois et de tissus sont parées de soie et de bijoux précieux. Fabriquées par les artisans de Mandalay, elles tendent à reproduire à la perfection le corps et l’âme des humains. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir une marionnette se « transformer » en vraie danseuse. Magie et illusion du spectacle…


Yok-thei-pwe-Burmes.gif

Depuis un siècle, le succés du Yok-Thei-Pwe décline. Un des plus célèbres marionnettiste du pays a cependant créé le « Mandalay Marionnettes Theatre » en 1990 avec l’espoir de voir ces spectacles retrouver leur public et la place qui est la leur dans la civilisation birmane.


Pesantes quoique légères,

Soutenues par des fils presques invisibles,

Elles sont comme nous maniées

Plus ou moins discrètement

Par les doigts de leur destin.


Marguerite Yourcenar



Laetitia Adeline pour www.buddhachannel.tv

Previous articleLes méduses contre-attaquent
Next articleSommet de Copenhague : grève de la viande