Accueil Espace Bouddhiste Education Amartya Sen fait renaître l’université de Nalanda

Amartya Sen fait renaître l’université de Nalanda

24
1

06.08.2010

Nalanda.jpg

Plus de huit cents ans après sa destruction par des envahisseurs musulmans venus de Turquie, l’université de Nalanda, située dans l’Etat du Bihar, au nord-est de l’Inde, est sur le point de renaître. Le Parlement indien devrait adopter cette semaine la loi qui permettra aux partenaires étrangers de cofinancer la reconstruction de l’université, qui fut, du III e au XII e siècle, un véritable phare de culture, précise « Il Corriere della Sera ».

Bien avant que les premières universités d’Occident ne voient le jour, l’université bouddhiste attirait déjà 10.000 étudiants et 2.000 enseignants, originaires d’Inde, mais aussi du Japon, de Chine, de Perse, d’Indonésie et de Corée. Lors de la destruction de l’université, il fallut plusieurs mois à sa bibliothèque de neuf étages, appelée Dharma Gunj (« Montagne de vérité ») pour brûler complètement. Mais bientôt, le tas de ruine retrouvera sa grandeur passée.

Depuis quelques années, des intellectuels, réunis dans le Nalanda Mentor Group, dirigé par l’Indien Amartya Sen, prix Nobel d’économie 1998, militent pour sa réouverture. Rejoints par le gouvernement de Bihar, le ministre des Affaires étrangères et la commission de Planification de New Delhi, l’inauguration de l’université devrait avoir lieu dans deux ans. Ce projet ambitieux est soutenu financièrement par plusieurs pays étrangers à forte tradition bouddhiste : Singapour (4 millions de dollars), Japon, et… la Chine, ce qui explique la non-implication du dalaï-lama dans l’aventure. Amartya Sen en appelle également aux donateurs privés, mécènes et grandes universités comme Oxford et Harvard.

Certains cours seront à caractère religieux : études bouddhistes, religions comparées, pacifisme… Mais le prix Nobel d’économie, qui se veut « non religieux », compte bien faire de Nalanda une université internationale, avec des cours d’histoire, de management, d’informatique. L’astronomie, spécialité historique de l’université, sera aussi au programme.

À lire également sur Buddhachannel: La résurrection de l’université Nalanda aura lieu sans le Dalai Lama


Source: Les Échos

Previous articleLe Christianisme : quelle Place pour la Femme ?
Next articleEditorial sur l’environnement

1 commentaire

  1. Pourquoi pas le dalai lama ?
    Si c’est bien le bouddhisme qui sera enseigné dans ce lieu, et pas le succédané new-ageux consensuel qui commence à fleurir un peu partout, en quoi ça gênerait le dalai lama que la chine y mette de l’argent, et pourquoi n’y participerait-il pas ?

Comments are closed.