Accueil Espace Bouddhiste Art Sacré La Calomnie d’Apelle: L’excellence de la représentation allégorique.

La Calomnie d’Apelle: L’excellence de la représentation allégorique.

28
0


Apelle de Cos est un peintre de la Grèce antique, ayant vécu au IVème siècle avant Jésus-Christ. Bien que ses oeuvres aient toutes été perdues, on les connait à travers différent écrits dont ceux de Pline l’Ancien. « La Calomnie » est l’une des plus célèbres, et implique directement un évènement lié à la vie du peintre.Apelle de Cos a été calomnié en place publique par un autre peintre, Antiphilos. Accusé de trahison envers Ptolémée IV, il est emprisonné, puis reconnu innocent. Afin de réparer cette injustice, le roi condamne le calomniateur à l’esclavage et le donne à Apelle. Cette histoire a inspiré les artistes de la Renaissance, dont DÜRER et BOTTICELLI, qui ont tenté de reconstituer l’oeuvre à partir d’écrits.

Botticelli.gif


Le tableau de Botticelli est une peinture sur toile, datée vers 1495, et conservée aujourd’hui à la Galerie des Offices, à Florence. Ce tableau est une allégorie constituée par les personnages eux-mêmes et par des allusions mythologiques présentes sur des frises ou sous forme de statues. On compte au total neuf figures allégoriques. Ces représentations étant, par essence, abstraites, l’identification reste relativement aléatoire.

On peut découper la composition en trois parties.

La première se situe en retrait de la scène principale. On y voit deux femmes. Une jeune femme nue et pointant un doigt vers le ciel. C’est Vénus ou la Vérité Céleste. Il est à noter qu’elle n’a pas les formes arrondies qu’on lui connaît habituellement. L’autre femme est agée, vêtue d’une toge noire. Elle regarde Vénus et croise les bras. Elle symbolise le Remords et la Pénitence.

Dans le centre se tient la cour de justice. L’homme à terre, vêtu d’un pagne est Apelle de Cos. La femme richement parée, tenant une torche, et le traînant par les cheveux n’est autre que la Calomnie. Elle est accompagnée de deux femmes qui la coiffent et la maquillent. Ce sont la Séduction et la Fourberie.On peut aussi leur donner le sens du Piège et de la Fraude. Enfin, l’ homme, représenté avec un bras tendu vers le personnage de l’autel et vêtu de guenilles, a les traits de la Haine ou de l’Envie.

Dans la troisième partie du tableau est assis un homme au visage accablé, entourés de deux femmes. Elles se penchent pour lui parler et on peut se rendre compte qu’il porte des oreilles d’âne. C’est une référence directe au Roi Midas. Roi qui devait juger, qui d’Apollon ou du satyre Marsyas, était le meilleur musicien. Ayant préféré Marsyas, il se vît attribuer des oreilles d’âne par Apollon comme signe de vengeance. Ce sont le Soupçon et l’Ignorance (ou la Duperie) qu’on a représenté sous les figures féminines qui sont à ses côtés.


Si Botticelli a été particulièrement inspiré dans la reconstitution de l’histoire d’Apelle de Cos, le peintre l’a également attiré pour ses oeuvres traitant du thème de Vénus sortant des eaux. Thème largement repris et traité, et signant une des allégories les plus célèbres de Botticelli: l’Amour.


BUDDHACHANNEL- Série ART ET SPIRTUALITE

Laetitia Adeline pour WWW. BUDDHACHANNEL.TV

Previous articleN’oublions pas la Birmanie
Next articleRéchauffement climatique