Accueil Espace Bouddhiste Solidarité N’oublions pas la Birmanie

N’oublions pas la Birmanie

25
0

N’OUBLIONS PAS LA BIRMANIE

Ils ont marché,

nous marchons.


Marche silencieuse pour la Birmanie


Bouddha_paix.jpg


Les manifestants birmans, épaulés par les moines, ont repris une des formes les plus naturelles pour un mouvement pacifiste :
LA MARCHE.

L’Europe a pris conscience de son unité par les pélerinages vers Saint-Jacques de Compostelle.

« Prenons conscience que la Terre n’est qu’un seul pays en marchant comme les birmans. »


Le silence s’installe sur la Birmanie, depuis la savante stratégie des militaires au pouvoir.

Le silence médiatique isole chaque manifestant, qu’il soit moine ou civil.

Alors face à ce silence,

soyons encore plus silencieux par une marche DE SILENCE.

Transformons ce silence en communication active, en soutien fraternel.

Apportons nos valeurs de paix, emprunte de compassion et de prières.

Apprenons tous ensemble une nouvelle forme d’engagement.

L’ENGAGEMENT DE PAIX

Même si naturellement la colère peut gronder en nous, la violence n’amène nulle part, et face à la violence nous n’avons qu’une seule action possible : la compassion vigilante, la paix qui calme les tensions .

La masse agissante et pensante de milliers de gens, de millions de personnes qui se mettent à désirer que la situation change, a une puissance difficilement imaginable tant qu’on ne l’a pas expérimentée. Car enfin au lieu d’être chacun seul dans son désarroi, nous pouvons tous penser, prier et agir dans une même direction.

La métamorphose doit se faire d’abord en nous-même : paix en soi, paix agissante.

Et ce à travers une relation avec nos politiques, avec nos diplomates, avec nos entreprises,

avec nos amis de coeur partout dans le monde.

Nous devons apprendre à réagir de façon concertée de pays en pays, pour que les efforts portent leurs fruits.

Mais à aucun moment dans cette démarche, nous ne souhaitons attiser les ressentiments et maintenir les blessures ouvertes.

Il faut passer d’une culture de violence à des réflexes de paix.

Un lotus de Paix.

Alain Delaporte-Digard

GRANDE MARCHE DE SILENCE ET DE LUMIERE

LE 17 NOVEMBRE A PARTIR DE 18h

DEPUIS LE TROCADERO


Le rassemblement aura lieu sur l’Esplanade du Trocadéro –

c’est le Parvis des libertés et des droits de l’homme.


Ce soutien au peuple birman se fera à travers un marche silencieuse en lumière.

Nous demandons à chacun d’amener une bougie
avec une protection au vent (pot de yaourt ou autre)

Cette marche de Paix et de silence partira du parvis
pour descendre par les jardins en longeant le palais de Chaillot jusqu’à la place de Varsovie,

et remontera par les jardins le long du Musée de l’Homme vers l’esplanade du Trocadéro,

où nous déposerons nos bougies.


Cette marche silencieuse est une réponse au silence imposé par la junte.

Pour que chacun n’oublie pas la Birmanie.


Le Comité se soutien pour la Birmanie s’est regroupé autour de Buddhachannel

et désire une cérémonie emplie des valeurs du pacifisme, de la compassion

et du respect des droits fondamentaux.

Il ne s’agit pas d’une revendication,

mais d’un moment de compassion et d’une prise de conscience

que nous souhaitons partager avec l’opinion publique.


Affiche à glisser sur votre bureau pour l’imprimer au maximumet la diffuser
Affiche à glisser sur votre bureau pour l’imprimer au maximumet la diffuser




N’oublions pas la Birmanie.

Offrons-lui notre Paix

DEUX REACTIONS


MAIL DE KUNGA TCHEUPPEL

en réaction à l’article « Le bouddhisme engagé, un bouddhisme transversal »

Pour moi il ne peut y avoir de « bouddhisme engagé » que par celui ou celle qui a compris les « règles de non violence » appliquées par Gandhi, où l’attachement au concept du moi était dépassé par l’entraînement dans une vraie discipline des cinq agrégats…. Sinon il y a à craindre que l’on fasse retomber le « Bouddhisme » et ce nectar de l’enseignement du Bouddha dans la soupe, le marais, la forêt vierge des concepts, des idées, des différents egos enchevétrés des êtres sources de toutes les tensions et souffrances de notre monde… La vraie compassion ne naît-elle pas de la conscience claire de l’enchaînement des causes et des conséquences en nous ???? Qui donc peut parler et agir au nom du Bouddha, au nom de tous ceux qui ont choisi cet entraînement, cette voie sans entacher son action et créer plus de « souffrance » encore ????
Qui peut agir et parler de façon suffisamment « juste » dans la voie du milieu quelle que soit notre lucidité et notre émotion face aux causes d’injustice sociale et de développement des égocentrismes particuliers et dse groupes …. IL est donc nécessaire d’abord de calmer son mental et de développer la vision juste base de la compassion véritable …


Commentaire de Buddhachannel:

Oui, il est important de ne pas faire du bouddhisme un nouvel étendard, créateur de souffrances et d’ignorance.
Seule une pratique et une étude jour après jour peuvent nous ouvrir à un bouddhisme engagé sur une « voie juste », ou du moins pas trop fausse. C’est un terrible et difficile challenge, une voie à explorer avec humilité. Alain DD


Bouddha_paix.jpg



birmanie_attitude.jpg


www.buddhachannel.tv

Previous articleUne idée-cadeau ? Visitez la boutique de l’Unicef
Next articleLa Calomnie d’Apelle: L’excellence de la représentation allégorique.