Accueil Espace Bouddhiste Art Sacré Art bouddhique – Le geste de l’enseignement ou de la mise en...

Art bouddhique – Le geste de l’enseignement ou de la mise en marche de la roue de la Loi : dharmacakramudrâ

11
0

Dharmacakramudrâ

Retrato de Onpo Lama Rinpoche (1251-1296) y los Arhats

Le geste de l’enseignement

ou de la mise en marche de la roue de la Loi

Le Bouddha avait à peine trente cinq ans lorsqu’il parvint à l’Eveil et commença sa carrière d’enseignant. Jusqu’à son dernier souffle, à l’âge de quatre-vingt ans, il ne cessa de voyager dans la moyenne vallée du Gange, de témoigner de son expérience spirituelle et de guider ses contemporains vers l’au-delà des peines.

Installé dans des jardins que de riches disciples mettaient à sa disposition, le Bouddha se rendait disponible pour exposer le Dharma – la Loi bouddhique – pour discuter, être interrogé par des personnes de toutes conditions. Rois, ministres, marchands, nobles dames, courtisanes, chasseurs, paysans ou artisans reçurent ainsi des enseignements variés, transmis par des modes pédagogiques astucieusement adaptés à leur personnalité et à leur niveau de compréhension.

Buda Amida, Japón
Buda Amida, Japón

Le Bouddha est un maître, un guide, un enseignant. A ce titre, il ne s’est jamais défini comme un prophète ou le détenteur d’une vérité divine. Il invita chacun à être son propre maître : « Ne vous laissez pas guider par l’autorité des textes religieux, ni par la simple logique ou les allégations, ni par les apparences, ni par la spéculation sur les opinions, ni par la pensée que ce religieux est notre maître spirituel » Kalama-sutta

Le geste de l’enseignement se fait à deux ou une seule main. Lorsque les deux mains se réunissent près du cœur, il célèbre le sermon le plus essentiel du bouddhisme puisque son énoncé en est l’acte fondateur. Ce sermon du Parc des gazelles (ou sermon de Sârnâth) énonce les quatre nobles vérités : la vérité de la souffrance, de l’origine de la souffrance, de la cessation de la souffrance, du chemin pour parvenir à la cessation de la souffrance.

Relgioso de la orden bka’brgyud-pa, Tibet

www.guimet.fr




Previous articleUn adolescent belge devient moine dans un monastère en Inde
Next articleLes deux pandas arriveront au printemps au parc Pairi Daiza