Accueil Espace Bouddhiste Art Sacré Les arts du Thangka exposés à Lhassa

Les arts du Thangka exposés à Lhassa

31
0

04.08.2010

F201008041327496992648430.jpg

50 maîtres de Thangka provenant des 4 coins de la Région autonome du Tibet se sont rassemblés dans la capitale provinciale de Lhassa, où se tient la première édition de l’Exposition de l’art du Thangka de la région. En marge de l’exposition, ils devraient se livrer à des démonstrations de leurs talents.

C’est le Musée du Tibet qui accueille l’Exposition de l’art du Thangka. Agés de 19 à 60 ans, les artistes qui y participent vont exposer leurs talents sur place durant l’événement. Leurs compétences seront évaluées à l’issu de l’exposition.

Sur des toiles à Thangka spécialement apprêtées, les peintres tracent une silhouette au fusain avant d’appliquer les couleurs.

Tsering Chudrag, qui fait ce métier depuis plus de 10 ans, participe à la compétition pour la première fois. Il a consacré plusieurs mois à peindre son Thangka, et espère décrocher un bon résultat.

Un Thangka est une peinture tibétaine sur soie brodée. Il représente généralement un Bouddha, une scène célèbre, ou un Mandala quelconque. Parce qu’ils sont facilement transportables d’un monastère à un autre une fois enroulés dans un tube, les Thangkas sont devenus populaires parmi les moines itinérants. Ils étaient autrefois des outils didactiques importants dans l’apprentissage de la vie du Bouddha. Leurs thèmes sont variés et incluent des paysages, des personnes, les rites religieux, la vie de nomade ainsi que la vie urbaine.

L’Exposition de l’art du Thangka comprend des oeuvres issues de la quasi-totalité des écoles de la peinture du Thangka. L’une d’entre elles, l’école de Menbris, a été classée comme patrimoine culturel immatériel national.

Tenba Rabten, héritier de l’école de Thangka de Menbris, et président de l’Association des arts folkloriques du Tibet, a affirmé que de nombreux peintres ont commencé à étudier cette forme d’art dans les années 1970. L’Exposition de l’art du Thangka constitue une plate-forme où ils peuvent échanger leurs idées et développer leur talent.


Source: Le Quotidien du Peuple

Previous articleMéditer à l’Institut Karmapa
Next articleProcès Douch: Justice karmique ou justice des hommes?