Accueil Espace Bouddhiste Société Procès Douch: Justice karmique ou justice des hommes?

Procès Douch: Justice karmique ou justice des hommes?

7
3

04.08.2010

proces_douch.jpg

Le tribunal international a rendu son verdict le 26 juillet: 30 ans de prison pour Kaing Guek Eav, plus connu sous le nom de « Douch », qui dirigeait la prison S-21 sous le régime des Khmers rouges au Cambodge entre 1975 et 1979. Environ 17 000 Cambodgiens y ont été torturés et exécutés, seulement sept d’entre eux ont survécu.

Selon certains médias, le verdict est très léger mais notons que l’aboutissement de ce procès constitue déjà une victoire en soi. Il vient en effet couronner dix ans de dialogues et d’enquêtes auprès de la population locale où règne une véritable loi du silence, empêchant tout travail de mémoire d’avoir lieu. Au Cambodge, les souvenirs des bourreaux et ceux des victimes cohabitent encore au quotidien(parfois dans la même rue ou encore dans la même famille) et la période du règne de Pol Pot demeure un sujet douloureux et interdit.

Ce procès de neuf mois constitue une avancée majeure non seulement parce que Douch est le premier haut responsable Khmer à être jugé pour ses crimes, mais aussi parce que le tribunal n’était pas uniquement constitué d’une juridiction internationale. Il s’agissait en effet d’une formation mixte dans laquelle magistrats cambodgiens et internationaux ont travaillé ensemble. C’était surtout la première fois que des victimes étaient autorisées à intervenir en tant que parties civiles et non comme simples témoins devant un tribunal international. Douch a alors du faire face à ses victimes qui réclamaient la réparation des préjudices subis.
En connaissance des difficultés rencontrées par la communauté internationale pour organiser ce procès, on ne peut que saluer tout le travail effectué : il s’agit réellement d’une étape essentielle de l’histoire cambodgienne.

Il a parfois été dit que les cambodgiens ne se sentaient pas concernés par ce procès, peut-être en raison d’une croyance en une justice karmique enseignée par le bouddhisme, notamment au niveau des réincarnations. À moins que ce silence des cambodgiens ne révèle une crainte plutôt qu’un véritable désintérêt; un tabou autour de cette période, enfin brisé par ce verdict. Si certains ont perçu ce procès comme une ingérence de l’occident dans ce pays imprégné de culture bouddhiste, il semble qu’il ait néanmoins répondu à un certain désir de justice auprès d’une partie de la population cambodgienne, malgré ce qu’ont pu dire certains analystes. Les retransmissions télévisées du procès ont connu des records d’audience et une centaine de personnes se sont constituées partie civile. Ces chiffres pourraient bien encore augmenter lors des procès à venir de quatre autres responsables khmers.

Alors qu’en pensez-vous? Quelle place pour la justice dans le bouddhisme? Comment placez-vous la justice karmique par rapport à celle des hommes?

Brice Andlauer pour Buddhachannel


Previous articleLes arts du Thangka exposés à Lhassa
Next articleLa Cité épiscopale d’Albi inscrite à l’Unesco

3 Commentaires

  1. Procès Douch: Justice karmique ou justice des hommes?
    A la racine des enseignements du Bouddha il y a La Compassion et la Sublime Connaissance Transcendante vainqueur de l’ignorance et des cinq poisons. Ici, avec la justice des hommes il y a la loi du talion, c’est à dire œil pour œil, dent pour dent ou un châtiment énoncé par un tribunal. Tous, nous sommes des ignorants des lois de la cause et de l’effet: un bouddhiste restera silencieux parce qu’il ne sait pas si les victimes et leurs bourreaux sont les acteurs d’une rétribution karmique : Qui souffre et pourquoi? La seule réponse est la Compassion. Pour nous qui sommes de naissance occidentale et fortement imprégné de Judéo-christianisme et même dans le monde des musulmans, seul Dieu châtie et pardonne, mais qui et comment ? Dans l’absolu, l’homme ne peut pas se substituer à Dieu: ne juge pas ton prochain dira le Christ. Dans le monde des démocraties parlementaires la cité est gérée par des lois et la punition de l’atteinte aux biens et aux personnes : donc les prisons sont pleines. Dans les dictatures où la liberté de pensée est un délit, les prisons sont pleines aussi : un bouddhiste, un hindouiste dira rétribution du Karma. Dans le chamanisme ancien, il y avait le châtiment de l’exil hors de la tribu ou bien une compensation par un don obligatoire du coupable pour dédommager la victime.

  2. Procès Douch: Justice karmique ou justice des hommes?
    La loi du Karma signifie cause et effets, c’est tout. Cela ne signifie nullement que tout ce qui arrive à quelqu’un est de sa faute, cela signifie seulement qu’il y a forcément des causes qui ont produit cet effet.

    C’est cette transformation au niveau populaire d’une loi impersonnelle en une vision étriquée d’une « justice » qui expliquerait de façon commode tous les drames de ce monde par le « karma » qui peut rendre les gens fatalistes, insensibles à la souffrance des autres et passifs. Pourquoi les aider « puisque c’est leur karma ».

    On trouve cette même approche erronée dans l’hindouisme avec les castes. Ce n’est pas du bouddhisme….

    L’Occident reprend trop souvent à son compte cette vision fausse contre laquelle Alexandra David Neel s’était déjà élevée dans son livre le Bouddhisme du Bouddha.

  3. Procès Douch: Justice karmique ou justice des hommes?
    Ce que Douch « purifiera » dans cette vie par l’intermédiaire de ce procès où il a semblé mesurer l’ampleur de ses actes et exprimé des regrets, et par l’intermédiaire de cette peine de prison, ne sera plus à purifier dans le futur …
    et sachant que le karma est exponentiel, on a toujours intérêt à « purifier » au plus vite.

    Douch peut donc être reconnaissant à la justice de le lui avoir permis.

    Pour moi, il y a complémentarité et non opposition entre ces 2 justices.

    Bien à vous
    michelle

Comments are closed.