Accueil Espace Bouddhiste Voyages Le Bouddhisme en Mongolie

Le Bouddhisme en Mongolie

23
0

mongolie.jpg
Le Bouddhisme :

En Mongolie le bouddhisme tendait à évincer le chamanisme depuis 1269, lorsqu’il apparut à la cour de Khubilaï. A cette époque, seules les élites avaient accès à la religion bouddhiste. Ainsi à la chute de la dynastie Yuan en 1368, le bouddhisme perdit son influence pour laisser à nouveau la place au chamanisme. La conversion massive des Mongols à la religion bouddhiste ne devait se faire qu’en 1565 lorsqu’un chef mongol, Altan Khan, eût invité l’abbé Gelugpa d’un grand monastère tibétain auquel il conféra le titre de Dalaï-Lama(« océan de sagesse »). Altan Khan se convertit lui-même en très grande pompe. Le reste de la population le suivit. C’est dans la famille d’Altan Khan qu’est né le quatrième Dalaï Lama.

Le grand maître du bouddhisme tibétain fonda l’ordre Nyingmapa, la Lignée des Anciens, et ses moines prirent la robe et la coiffe rouges pour se distinguer des prêtes bonpos. Pour lutter contre la domination de cette religion, d’autres ordres virent le jour au cours des siècles suivants : celui des Sakyapas, celui des Kagyupas, celui des Karmapas, tous désignés par la dénomination de « Bonnets rouges ». Ces ordres rivalisèrent pour étendre leur influence sur le Tibet.

Pour se différencier des lamas de l’Eglise traditionnelle vêtue de rouge, Vers le XVe siècle, le réformateur Tsongkhapa rassembla en un ordre unique, les éléments essentiels de tous les enseignements bouddhiques et fonda l’ordre des Gelugpas : la Lignée des hommes vertueux, dont les moines prirent la coiffe jaune et devinrent dans le langage populaire, les « Bonnets jaunes ». Les moines se tenaient à l’écart de toutes les intrigues politiques pour s’en tenir exclusivement à l’étude de la doctrine et à la pratique des cérémonies religieuses. Cette école s’appelle le Lamaisme et encourage le célibat strict. Le dalaï-lama dirige la politique et le gouvernement tibétain depuis le XVIIe siècle.

La nouvelle religion se répand rapidement dans tout le pays. Et les cultes chamanique et lamaïque coexistent ou se confondent même parfois. En réalité le bouddhisme mongol dû composer avec les croyances chamaniques en reprenant par exemple à leur compte l’usage des ovoos auxquels ils ajoutèrent les drapeaux de prière. Mais aucune réelle concurrence n’existe puisque le chamanisme est un système d’échange avec les esprits. A cette époque presque chaque famille avait un fils lama.

Au XIXe siècle il existait 1200 temples et monastères lamaïstes en Mongolie et au moins 700 en Mongolie Intérieure. Lors de votre voyage en Mongolie vous visiterez peut-être le plus ancien qui est situé à Karakorum et qui se nomme…

Continuez à lire : Cliquez ici


Previous articleSur le toit du monde, la danse des moines pour la fête tibétaine Gedong
Next articleQi Gong