Accueil Espace Bouddhiste Education Inde — La résurrection de l’université Nalanda aura lieu sans le Dalai...

Inde — La résurrection de l’université Nalanda aura lieu sans le Dalai Lama

27
0

Nalanda_University-d2d25.jpg
L’université de Nalanda va reprendre son activité mais le Dalai Lama ne s’associera pas au projet de résurrection de l’ancien siège de l’apprentissage bouddhiste. Cette omission a pour but de ne pas trop heurter les sensibilités chinoises.

Le gouvernement indien a décidé d’introduire, lors de la prochaine session parlementaire, un projet de loi visant a relancer l’activité de l’université. L’initiative a été prise par la communauté internationale, ce projet serait mené par l’EAS (East Asia Summit), une organisation internationale dont l’Inde est membre, ainsi que la Chine et 14 autres pays.

L’université pourrait bien être lancée d’ici la fin de l’année et des enseignements bouddhistes seront intégrés à son programme.

Les fidèles du Dalai Lama, considéré comme l’un des plus grands représentant de la tradition Nalanda, semblent avoir accepté son absence. Ils disent que la décision de l’Inde est compréhensible, quoique paradoxale, vues les positions géopolitiques de New Delhi. « Le soutien de pays bouddhistes à la reprise de l’activité de l’université est bien plus important que la participation du Dalai Lama au projet », a déclaré un disciple de longue date.

Ce sont les bouddhistes tibétains comme le Dalai Lama qui ont permis à la tradition Nalanda (de la secte bouddhiste Mahayana) de se maintenir après l’incendie de l’université par les envahisseurs au XIIeme siècle.

Bien que le Dalai Lama n’aura aucun rôle à jouer, le plan de reprise sera dirigé par l’un de ses camarades, Amartya Sen, prix Nobel d’économie en 1998. L’économiste indien dirige le Nalanda Mentor Group, qui a organisé des conférences à-travers toute l’Asie de l’est, notamment à Singapoure et en Chine, afin de recueillir des suggestions quant à la reprise de l’université.

Le NMG, qui rédigera le règlement le mois prochain, assurera l’intérim à la tête de l’université jusqu’à ce que les pays-membres de l’EAS nomment les membres du conseil d’administration.

L’université internationale sera une instituion autonome et elle aura comme emblême le sceau de Nalanda, conservé dans un musée au Bihar.

La reprise a lieu sous l’impulsion d’un accord entre les gouvernements des différents pays membres de l’EAS. L’Inde et l’EAS ont déjà décidé d’investir plusieurs millions de roupies d’ici à ce que l’université devienne autosuffisante. Les pays membres pourront faire des dons volontaires, même si l’université générera des fonds à-travers des partenariats publics et privés.

« Un bureau pour diriger le projet de l’université a été installé à New Delhi. Il démarera son activité dès que le projet de loi sera voté par le Parlement », a déclaré Ambika Soni, ministre de l’information et de la commuunication audiovisuelle.

L’université proposerait des programmes tels que: Études bouddhistes, Philosophie, Enseignement interreligieux, Histoire, Relations internationales et étude de la Paix, langues, littérature, écologie …

Le gouvernement du Bihar a d’ores et déjà acquis près de 250 hectares à Rajgir, à proximité du site historique de l’université.

Une autre parcelle de 250 hectares est aussi en cours d’acquisition. « La résurrection de l’université bénéficiera aussi à l’industrie touristique, en attirant l’attention sur les tours bouddhistes proposés en Inde. » a déclaré Soni.


Source: <-The Telegraph India->

Previous articleSans fumée ??
Next articleSite de photos de voyages et de photos du Tibet de François-Xavier Prévot, Marcheur-Photographe