Accueil Espace Bouddhiste Art Sacré Statue n’est pas Bouddha

Statue n’est pas Bouddha

23
0


A STATUE IS NOT THE BUDDHA [[Traduit de l’anglais par Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv ]]
UNE STATUE N’EST PAS LE BOUDDHA



Par Lin Zi Yi



26 novembre 2007



Shandong, Chine – In the article, « Killing the Buddha in Pakistan’s Swat Valley » by Gary Leupp, DissidentVoice.org, November 21, 2007, there is a great teaching within this paragraph, spoken by Mullah Omar:
Dans l’article « Tuer le Bouddha dans la Vallée de Swat au Pakistan », publié par Gary Leupp, sur DissidentVoice.org, le 21 novembre 2007, il y a un bon enseignement contenu dans ce paragraphe, discours prononcé par Mollah Omar:



«I did not want to destroy the Bamiyan Buddha. In fact, some foreigners came to me and said they would like to conduct the repair work of the Bamiyan Buddha that had been slightly damaged due to rains. This shocked me. I thought, these callous people have no regard for thousands of living human beings – the Afghans who are dying of hunger, but they are so concerned about non-living objects like the Buddha. This was extremely deplorable. That is why I ordered its destruction. Had they come for humanitarian work, I would have never ordered the Buddhas’ destruction.»
«Je n’ai pas voulu détruire le Bouddha de Bamiyan. En fait, des étrangers venaient à moi en me disant qu’ils voulaient mener des réparations sur l’œuvre du Bouddha de Bamiyan, légèrement abîmé par la pluie. Cela me choquait. Et me faisait dire que ces gens cruels n’avaient aucune considération pour ces milliers de vies humaines – les Afghans qui mouraient de faim, mais s’inquiétaient en revanche tellement du sort d’objets inanimés comme le Bouddha. S’ils étaient venus pour un travail humanitaire, je n’aurais jamais ordonné la destruction du Bouddha.»



Afghans1.jpg



The teaching is obvious, and it has nothing to do with the degradation, or even disrespect of Buddhism by the Muslim religious cultivators. It specifically places the focus of living beings over that of a piece of rock. Mullah Omar gets right to the point here.
L’enseignement est évident, et n’a rien à voir avec la dégradation, ou même l’irrespect des cultivateurs religieux musulmans à l’égard du Bouddhisme. L’accent est spécifiquement placé sur les vies humaines, au lieu de l’être sur la pierre. Mollah Omar a raison ici sur ce point.



He basically says why are people hell-bent on maintaining images that do not need to eat, sleep and have no consciousness in respects to living beings, while there are people dying in wars, dying of hunger, murder, etc.
D’une manière générale, il s’indigne de la fâcheuse tendance qu’ont les gens, à préserver des images qui n’ont pas besoin de se nourrir, de dormir et qui n’ont pas conscience du respect du à la vie, alors que des gens meurent à la guerre, de faim, assassinés, etc.



This is one of the reasons the Buddha did not agree to statues being created in an « image » of how the Buddha may manifest. People would rather spend money to fix a statue, than buy a starving person food, give a dog, freezing in the winter, a home for a night.
C’est une des raisons pour laquelle le Bouddha n’a pas accepté que des statues soient érigées dans une « représentation » de la manière dont le Bouddha peut se manifester. Les gens auraient préféré dépenser leur argent dans la réparation d’une statue, plutôt que d’acheter de la nourriture à une personne mourant de faim, ou bien d’abriter pour une nuit, un chien souffrant du froid hivernal.



A statue is not the Buddha. It doesn’t represent the Buddha. It may hold likeness to a being who was once in a posture of meditation, standing or sitting, but it is only a tool to remind oneself to keep diligent on the path of cultivation. That means, when there is a choice to either give money to someone who hasn’t eaten, and or fix a statue, it is more of the mind of the Buddha to give money to the hungry.
Une statue n’est pas le Bouddha. Elle ne représente pas le Bouddha. Elle peut avoir une ressemblance avec un être qui a été un jour en posture de méditation, debout ou assis, mais il ne s’agit que d’un outil de rappel, nous incitant à la diligence sur le chemin de la culture. Cela signifie que lorsqu’on a le choix entre donner de l’argent à quelqu’un qui n’a pas mangé, et réparer une statue, il est plus conforme à l’esprit de Bouddha de donner l’argent à l’affamé.



This man, Mullah Omar, is 100% in right views when he states, « …the Afghans who are dying of hunger, but they (foreigners) are so concerned about non-living objects like the Buddha (referring to a statue of rock). This was extremely deplorable. That is why I ordered its destruction. Had they come for humanitarian work, I would have never ordered the Buddhas’ (rock statue) destruction.”
Cet homme, Mollah Omar, a raison à 100% lorsqu’il cite « …les Afghans qui meurent de faim, tandis qu’ils (les étrangers) s’inquiètent du sort d’objets inanimés comme le Bouddha (se référant à la statue de pierre). C’était extrêmement déplorable. C’est pourquoi j’ai ordonné sa destruction. S’ils étaient venus pour un travail humanitaire, je n’aurais jamais ordonné la destruction du Bouddha (statue de pierre). »



There is no sutra, no teaching, that states specifically to disregard living beings for the sake of Buddhist images. It is irresponsible and not virtuous to put images before actual living beings. The act of violence of blowing up the face of the statue will indeed result in unpleasant outcomes, but it also results in good outcomes. Its unfortunate that people misunderstand the Buddha Dharma to an extent that they regard an image to be the actual Buddha and place it above the wellbeing of living beings.
Il n’y a pas de sutra, pas d’enseignement, qui requiert spécifiquement d’ignorer les êtres vivants pour le bien de représentations bouddhistes. Il est irresponsable et non vertueux de mettre des représentations avant des êtres réellement en vie. L’acte violent d’avoir fait exploser le visage de la statue engendrera effectivement des conséquences déplaisantes, mais il donnera aussi lieu à de bonnes choses. Il est bien malheureux que les gens se méprennent sur le Dharma de Bouddha, au point de considérer une représentation comme étant le vrai Bouddha et de le placer au dessus du bien-être d’êtres vivants.



The acts of Mullah Omar are the Buddha’s teachings in a nutshell, Selflessness, and regards for all LIVING beings. It is Humanitarian services before self interest.
Les paroles du Mollah Omar sont les enseignements de Bouddha dans une coquille de noix: l’abnégation, et le respect de tout être VIVANT. Le service d’ordre humanitaire avant son intérêt propre.



Source : The Buddhist Channel

Previous articleLe grand silence
Next articleAppel d’Ashin Nayaka pour GLOBAL JUSTICE FOR BURMA