Accueil Espace Bouddhiste Voyages Luang Prabang, lieu de paix

Luang Prabang, lieu de paix

22
0

L’ancienne capitale royale du Laos, restée un important centre du bouddhisme theravada, halte touristique prisée, lutte pour préserver son aura et son charme.

La grotte de Pak compterait 2 500 bouddhas, dont certains pourraient dater de plus de trois siècles. Photos Marc Dozier
La grotte de Pak compterait 2 500 bouddhas, dont certains pourraient dater de plus de trois siècles. Photos Marc Dozier

Un siècle et demi après le voyage et le séjour d’Alexandre Henri Mouhot, le fameux explorateur à qui l’on attribua la “redécouverte” d’Angkor, Vat, port fluvial de Luang Prabang, n’a pas perdu de son charme. Et si Vientiane porte le titre de capitale officielle, économique et administrative du Laos, Luang Prabang reste sans conteste sa capitale culturelle et spirituelle.

L’histoire et la piété des bouddhistes ont en effet légué à la cité une collection de pagodes parmi les plus remarquables du pays. Plus que nulle part ailleurs sur les rives du Mékong, il règne ici une atmosphère de dévotion et de paix. Ses dizaines de pagodes offrent à la ville un décor ­enchanteur, avec leurs toits qui s’élancent vers le ciel comme des flèches de ferveur. Si les historiens estiment que Luang Prabang a compté jusqu’à 65 temples il y a deux siècles, la ville dénombre aujourd’hui 32 monastères prestigieux qui occupent près d’un tiers de sa surface. Un centre-ville classé par l’Unesco

Avec 1 600 bonzes pour seulement 80 000 habitants, la petite localité est incontestablement un symbole pour les bouddhistes et particulièrement pour les adeptes du courant theravada (1). L’attachement remonte déjà à plusieurs siècles. Autrefois, la cité se nommait Xieng Thong, “La cité de l’arbre de cuivre”, jusqu’à ce qu’elle soit rebaptisée Luang Prabang, en l’honneur d’une statue fameuse nommée Phra Bang, “Bouddha d’or”.

En 1995, les beautés de Luang Prabang et son patrimoine exceptionnel ont conduit l’Unesco à classer son centre-ville historique sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. L’organisation internationale a en effet considéré que l’agglomération « offre un remarquable exemple de fusion de l’architecture traditionnelle et des principes d’urbanisme du Laos avec ceux des autorités coloniales européennes au cours des XIX e et XX e siècles ».

Le marché de nuit s’étend au pied de la pagode Haw Pha Bang et du Palais royal, en bordure du Mékong.
Le marché de nuit s’étend au pied de la pagode Haw Pha Bang et du Palais royal, en bordure du Mékong.

À présent, le classement limite les aménagements disgracieux et la construction de bâtiments de plus de trois étages. Des programmes de sauvegarde et de restauration ont été mis en place pour les pagodes. Avec la médiatisation liée à la reconnaissance internationale, la vieille ville a bénéficié d’une formidable opportunité de développement et l’ouverture d’un aéroport international, cette année, permettra d’arriver directement des grandes villes asiatiques comme Singapour ou Hong Kong, facilitant un peu plus le développement du tourisme.

« En 1990, avant le classement par l’Unesco, on ne comptait que deux hôtels en ville », se souvient Kham Leung, l’un des plus anciens guides de la cité. « Aujourd’hui, il existe plus d’une centaine d’établissements et il en ouvre toutes les semaines. »

« Le classement par l’Unesco a véritablement sauvé la ville… », estime Oy Ou, patronne d’un salon de massage. « Les plus belles bâtisses historiques ont été sauvées, les pagodes restaurées et l’âme de la cité sauvegardée. » Depuis plus d’une dizaine d’années, un programme a soutenu la création et la pérennisation de la Maison du patrimoine, qui veille à la sauvegarde de la vieille ville. Avec un seul objectif : aider Luang Prabang à rester une ville spirituelle où l’on peut prier Bouddha et gagner de l’argent sans vendre son âme au diable.

(1) Bouddhisme theravada : courant héritier de la doctrine originelle du Bouddha Shakyamouni, dominant en Asie du sud-est, particulièrement implanté au Laos, Cambodge, Thaïlande, Birmanie et dans certaines régions du Vietnam.


Source : www.bienpublic.com




Previous articleLe yoga : une activité extra-scolaire originale
Next articleRencontre avec Jakuchô Setouchi, romancière scandaleuse et nonne bouddhiste