Accueil Espace Bouddhiste Culture Le Dernier Maître de L’air : le film le plus personnel de...

Le Dernier Maître de L’air : le film le plus personnel de Shyamalan

8
0

28.07.2010

night_shyamalan.jpgLe dernier maître de l’air sort en salle aujourd’hui, l’occasion d’en apprendre un maximum sur M. Night Shyamalan, ce cinéaste qui après un décollage fulgurant avec Sixième Sens, a vu sa carrière sombrer dans l’incompréhension. Son nouveau film, Le Dernier Maître de l’Air, va sans doute réconcilier le public avec ce réalisateur qui avoue mettre beaucoup de lui-même dans ses films. En particulier dans ce dernier long-métrage, qui, malgré son statut de blockbuster (le premier de Shyamalan), se compose d’une multitude de réflexions, croyances et passions de son auteur.

Pas facile de faire un film personnel quand il est tiré d’un support déjà existant ( en l’occurrence un dessin animé culte auprès des jeunes ). Pourtant, Shyamalan a plongé dans sa propre culture pour créer un univers unique, qui mélange des croyances de différents pays. « Ce film est très personnel, a-t-il ainsi expliqué au micro de Première.fr. Vous savez, tous mes films sont personnels. Ils parlent de ma philosophie, montrent mes sentiments, ma vulnérabilité, mes désirs… Dans ce film, j’ai mis tellement de mes influences dont je n’avais jamais parlé : le fait que les arts martiaux peuvent apporter beaucoup en tant qu’être humain, Miyazaki , comme j’adore l’animation japonaise et son travail de réalisateur, mes propres croyances religieuses, car je m’intéresse au bouddhisme et à la culture indienne. Il y a tellement d’aspects indiens dans Avatar… »

Impressionné par la richesse du dessin animé, Shyamalan a décidé d’aller encore plus loin dans cette idée de mixité : « C’est comme si ce mélange de cultures était fait pour moi. Je pouvais raconter une histoire personnelle à travers cette mythologie asiatique. C’est fantastique ! ».


Source: Première

Previous articleLe programme d’ordination de masse Thailandais
Next article« Éprouver la fleur de l’instant », par Christian Bobin