Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux De la récapitulation, un moyen pour apaiser les douleurs de l’âme

De la récapitulation, un moyen pour apaiser les douleurs de l’âme

8
0

mains_flora.jpgLa mémoire est un champ multiple qui se remplit d’images, d’émotions, de concepts, de savoir, comme de toutes les circonstances nombreuses et même douloureuses qui ont construit votre personnalité. Une émotion, un sentiment, pose un écran entre le monde où vous êtes aujourd’hui, et comment vous le percevez.
Pour libérer une mémoire d’images d’émotions douloureuses, un chaman utilise la récapitulation.

Par exemple, des gens qui vous connaissent depuis longtemps ne se souviennent de vous que par des flashs qui les ont impressionnés, et réciproquement. C’est à partir de ces flashs qu’ils construisent un portrait de vous. Ni ces personnes, ni vous-même n’êtes seulement que ces images souvenirs.

Avec ces images, il y de l’énergie qui continue de les rendre existantes. Un sentiment, c’est aussi un faisceau de forces, un vouloir obtenir ou refuser.
Votre récapitulation va libérer l’énergie prisonnière dans l’image qui se dissous d’elle-même, puisque plus rien ne la contient.

Vous commencez en posant une intention, celle de faire revenir à vous toute l’énergie que vous avez éparpillée, aujourd’hui même.
Vous êtes allongé dans votre lit, déjà un peu somnolant, et vous dites simplement :
« Que revienne à moi mon énergie, celle que j’ai abandonné dans telle ou telle émotion ». Inspirez doucement par le nez, laissez revenir vers vous. Ce retour d’énergie, vous le ressentez au niveau de votre ventre.
Faites-le du lundi au samedi, et le dimanche qui suit, récapitulez d’aujourd’hui à hier les impressions qui surgissent, comme elles vous apparaissent ; mais toujours en remontant vos souvenirs. Le chaman Joska Soós me disait que l’on peut remonter le temps, au-delà du jour de notre conception.

Lorsqu’une image douloureuse résiste, commencez par changer sa couleur pour une teinte sépia, puis en grisée.
Respirez doucement et soufflez sur cette image jusqu’à la voir s’éloigner. Acceptez que ce souvenir douloureux vous quitte, inspirez l’énergie pure qu’il vous restitue.
Si vous êtes dans l’angoisse d’avoir oublié ou manqué quelque chose. Remémorez-vous cet acte manqué, inspirez doucement, jusqu’à avaler votre erreur.
Par exemple, vous pensez qu’une personne malveillante manipule une image de vous. Visualisez les circonstances qui précèdent, jusqu’à effacer le moment où cette image fut donnée. Récapitulez le souvenir pour le vider de sa mémoire.

Ainsi que l’énonça le Bouddha :
« Comme une illusion magique, une goutte de rosée ou une bulle,
Comme un rêve, un éclair ou un nuage,
Ainsi devrait-on voir tous les phénomènes conditionnés »
Citation du Soutra du Grand Véhicule intitulé, Sublime connaissance transcendante tranchante comme le diamant (Soutra du Diamant ; éditions Fayard 2001).

Dès que le processus de la Récapitulation devient fluide, commencez la suivante qui consiste à lire votre corps comme s’il était un livre. Vous commencez par observez les images gardées dans vos doigts de pieds, avant d’ouvrir celles restées collées à vos premiers pas de tout petit enfant. Doucement et sans hâte, vous allez lire votre corps en vous contentant d’une première lecture des images qui surgissent spontanément.

Pour ne pas succomber sous le flot des émotions, il est préconiser de pratiquer une respiration positive : vous expirez profondément et très lentement pour amorcer un processus de nettoyage qui expulse l’énergie négative ; puis vous inspirer l’énergie positive qui revient automatiquement.

Vous pouvez utilisez le flux et le reflux des vagues d’une mer paisible pour abandonner à ses flots ces images qui se diluent. Un autre moyen consiste à vous adosser contre le tronc d’un grand arbre dont vous savez que son pivot racinaire est très profond. Donnez vos images à cet arbre, pour le végétal c’est comme de la nourriture. Si votre arbre n’est pas suffisamment fort, une indigestion l’affaiblirait.

D’autres méthodes de récapitulation demandent la présence d’un témoin neutre et très patient qui amorce le processus.


Flora Desondes

Previous articleLe dalaï lama prêt à mettre fin à sa fonction si les Tibétains le demandent
Next articleBillet d’humeur — L’indépendance