Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Voir le Temps et écouter le Silence

Voir le Temps et écouter le Silence

24
0

mains-3.jpgLa structure du Temps ressemble à un filet qui serait composé de lignes droites qui se croisent en formant des X qui ondulent à l’infini, mais leurs formes ne sont pas rigides. Chacune d’entre elle est traversée en son milieu par une ligne horizontale et par une ligne verticale (á), mais elles ne sont pas dans un plan horizontal.

Là où lignes se croisent, au centre de cette forme en étoile, il y a un neuvième élément. C’est là qu’il faut entrer, dans ce neuvième point qui est plein de lumière blanche, et vous aurez traversé le Temps. Vous êtes alors dans un autre univers où la lumière n’est pas aveuglante, mais elle est irradiante.

De prime abord, vous ne voyez rien, insistez et focalisez toute votre attention. C’est là qu’il y a une ouverture, elle est au centre de ce point de lumière où la structure du Temps répercute à l’infini six, sept et huit points. Dès que vous le percevez, allez dedans ; c’est un par allongement de votre corps de lumière ; mais c’est aussi une perception de votre troisième œil.

C’est dans le centre de ce X qui ouvre un point en son milieu que passent des lignes de force. Elles vibrent à la vitesse de la lumière et même au-delà, c’est-à-dire la vitesse de la lumière qui s’augmente de l’instantanéité. C’est là que vous saisissez la primordialité du Temps et l’intemporel qui y prend corps, c’est comme ça et vous pouvez le voir.

Tout est dans ce point de lumière blanche où vous observez la structure du Temps. Pour cette méditation, vous êtes seulement concentrés sur le point de lumière, et vous ouvrez une pause dans votre respiration, entre l’inspir et l’expir.

Vivre le Son, c’est une écoute du silence qui se prolonge et vous touchez la primordialité du Temps. Pour affiner votre oreille, commencez par vous accrochez au son qui court dans un souffle de vent, à celui de la mer qui va et vient ou aux clapotis de ses vagues ou bien suivez le bruissement des feuilles qui tintent dans le vent. Tout entier dans l’écoute du silence, saisissez le Son et le Temps qui est dedans.

Le Son, c’est toujours une expérience du Temps parce que le Son englobe le Temps, c’est son noyau ; il est au commencement de toutes créations.
C’est l’exercice qui fait le maître, persévérez jusqu’à être en état de suivre le son : c’est avec le murmure de votre chant. Vous augmentez son intensité en le chantonnant pour moduler son rythme, et vous suivez le chant qui murmure en vous.

C’est alors que vous arrivez au centre de l’étoile, vous savez que vous y êtes parce que cela provoque en vous une réaction physiologique. Spontanément, vous commencez de vous balancer doucement d’avant en arrière ou de droite à gauche ou de gauche à droite ; c’est le Son primordial qui vous anime, c’est son intensité que vous vivez intérieurement qui vous fait bouger.

Votre corps physique comme votre corps astral, accompagnent le mouvement et l’oscillation des vibrations de la structure du Temps, c’est un rythme qui vous relie directement à la marée de l’océan cosmique. Si vous ne ressentez pas encore ce balancement, c’est parce que votre sensibilité doit s’affiner. C’est déjà en vous, mais, vous n’y êtes pas encore suffisamment attentif.


Flora Desondes, extrait de Joska Soós le chaman et les contenus du temps
EBook Lulu

Previous articleFrance — Création d’un pôle religions au Quai d’Orsay
Next articleVietnam — 4ème colonie de vacances « Jeunesse et Bouddhisme » à Dông Nai