Accueil Espace Bouddhiste Voyages Chine — La vallée de Jiuzhaigou interdite aux touristes

Chine — La vallée de Jiuzhaigou interdite aux touristes

4
0

11.03.2009

Pékin a annoncé mercredi avoir ajouté la vallée de Jiuzhaigou à la liste de régions tibétaines interdites aux étrangers en cette période. La présence policière a été renforcée pour empêcher les manifestations à l’occasion du 50e anniversaire du soulèvement contre la présence chinoise sur le Toit du Monde.

Jiuzhaigou_077.jpgLes autorités ont commencé le mois dernier à interdire l’accès au Tibet et aux communautés tibétaines des provinces voisines, le Sichuan, le Qinghai et Gansu.

Située en altitude dans la province du Sichuan, la vallée de Jiuzhaigou est réputée pour la beauté de ses paysages, notamment de ses lacs et de ses cascades. Elle était jusqu’à présent restée ouverte aux touristes. Mais des responsables de la province du Sichuan en ont décidé autrement lors d’une réunion lundi. L’interdiction s’applique aussi au Huanglong voisin, où se situe un aéroport, a précisé un responsable des autorités touristiques provinciales.

Après les violentes manifestations de l’année dernières, survenues lors de l’anniversaire du soulèvement de 1959, la police paramilitaire chinoise a renforcé sa présence au Tibet et dans les provinces voisines, maintenant encerclées de points de contrôle.

A Lhassa, la capitale tibétaine, des policiers anti-émeutes armés de fusils automatiques sont postés aux allées menant au temple de Jokhang, l’un des plus sacrés du bouddhisme tibétain.

Le soulèvement des moines à Lhassa en 1959 avait été réprimé par les forces chinoises. Le dalaï lama avait été contraint à l’exil. Et Pékin avait renforcé sa main mise sur le Toit du Monde.

En mars 2008, une manifestation commémorant ce soulèvement avait dégénéré en émeutes antichinoises, faisant le 14 mars au moins 22 morts. Les violences, qui avaient fait au total un nombre non-déterminé de victimes, s’étaient propagées à trois provinces voisines, également peuplées de Tibétains. Ce nouveau mouvement antichinois avait été l’un des plus longs et violents au Tibet depuis des dizaines d’années.

La démonstration de force chinoise semble avoir empêché toute manifestation de grande ampleur mardi, jour où commençait la période d’anniversaire.

Les restrictions de voyage concernent les étrangers, y compris les Taïwanais, mais aussi les Chinois de Hong Kong.

Dans la province de Gansu, les touristes étrangers et chinois ont l’interdiction de se rendre dans le comté de Luqu, selon un responsable local. Cette destination, appréciée pour les randonnées à cheval et la visite du monastère tibétain de Langmusi, ne sera rouverte qu’en juin ou juillet.


Par Audra Ang

Source : AP

Previous articleLivre — Le Passage du Col, d’Alain Nadaud
Next articleInternet — Extension des noms de domaine religieux : « une bombe à retardement «