Accueil Espace Bouddhiste Culture Jusqu’au 15 février — Jackson Pollock et le Chamanisme

Jusqu’au 15 février — Jackson Pollock et le Chamanisme

8
0

JACKSON POLLOCK ET LE CHAMANISME

Pinacothèque de Paris (Paris)
Du 15 ocotbre 2008 au 15 février 2009


pollockaffiche.jpgLa Pinacothèque de Paris démarre sa saison muséale 2008-2009 avec deux expositions qui proposent une grille de lecture inédite de l’œuvre de deux peintres singuliers : celle de Georges Rouault, à partir de son environnement intime et l’art de l’estampe japonaise avec les chefs d’œuvre de la collection Idemistu, et celle de Jackson Pollock à travers les arts premiers et son attrait pour les rites chamaniques.

Sous le commissariat conjoint de Marc Restellini, historien d’art et directeur de la Pinacothèque de Paris et de Stephen Polcari, professeur d’art moderne à Chapman University, « Jackson Pollock et le chamanisme » revisite l’œuvre du chantre de l’abstraction et de l’action painting à la lumière des pratiques rituelles des amérindiens.

Cette quête mystique, au sens large du terme, de l’artiste médiumnique et intercesseur entre l’homme et les forces cosmiques qui régissent l’univers n’est pas nouvelle. Ainsi l’exposition « Traces du sacré », qui s’est récemment déroulée au Centre Pompidou, illustrait notamment l’attraction des artistes pour les spiritualités païennes et les danses sacrées qui constituent des dénominateurs communs de toutes les civilisations primitives.

« When I’m painting, I’m not aware of what I’m doing »

pollock2.jpgCette analyse paraît plus surprenante s’appliquant à un peintre étiqueté « abstrait » qui fut le chantre de l’action painting.

Et justement, s’agissant des fameux « dripping » ou « all over », la thèse développée à la Pinacothèque de Paris trouve également à s’y appliquer en ce que ces derniers ne seraient que la forme « invisible » de cette transcendance créatrice aux symboles soigneusement codés.

L’exposition, au terme d’une superbe scénographie aux couleurs intenses, propose un parcours thématique qui commence par une vaste salle circulaire et passe par un couloir « initiatique » pour aborder l’œuvre de Pollock dans une approche résolument sensitive.

pollock1.jpgElle procède par appariement des toiles de Jackson Pollock avec des objets rituels d’art primitif, en provenance notamment des collections de Steven Michaan et de Alain Schoffel.

Elle initie également à une mise en résonance avec l’oeuvre du peintre surréaliste français André Masson qui fut une des grandes influences de Pollock.

pollock3.jpgL’association avec l’art amérindien met en évidence les grands thèmes du chamanisme qui se retrouvent dans l’oeuvre de Pollock.

Tels le feu, la renaissance (« Birth »), la sacrifice rituel (« Bald Woman with Skeleton »), la fusion avec l’animal totem (« Man, Bull, Bird », « Composiiton with horse at center ») et la fusion tantrique de l’homme et de la femme (« Composition on paper 1 »)

Un exposition rare, avec des toiles rarement exposées venant principalement de collections privées, et qui sort des sentiers battus.


Source : www.froggydelight.com

Previous article« Vivre Noël autrement » — Arrêtons l’hyper-Noël, Faisons la Paix avec la Terre
Next articleLes Algériennes, la lutte – partie 4 : Elargissement, poursuite et succès de la lutte