Accueil Espace Bouddhiste Ecologie Grenelle de l’environnement

Grenelle de l’environnement

29
0

Nicolas Hulot qui avait demandé ce Grenelle de l’Environnement se disait, le 18 Mai, confiant dans le signal fort apporté par le gouvernement à travers ce super ministère dirigé par Alain Juppé.


Alain Juppé, étant à ce moment le seul ministre d’Etat avec pour emblème l’environnement, a annoncé la mise en place de ce « Grenelle de l’environnement » à l’automne, une opportunité pour réagir face aux défis écologiques et à la forte attente de l’opinion publique française.


Pour Alain Juppé, « il s’agit de construire un outil nouveau au service de cet objectif du développement et de l’aménagement durable ».


« L’attente est forte dans l’opinion publique et la volonté est grande au sommet de l’Etat, comme le président l’a exprimé à plusieurs reprises », a ajouté le nouveau ministre qui est chargé de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables.


le monde de demain ...
le monde de demain …


Déjà, le réseau Sortir du nucléaire s’oppose avec un certain scepticisme à la nomination d’Alain Juppé, qui doit « donner des preuves de sa prise de conscience » écologique. » Ce réseau qui fédère 765 associations menace de ne pas participer à un « Grenelle de l’environnement » si le décret de création du réacteur nucléaire EPR n’est pas préalablement « abrogé. »

Rappelons que ce décret autorisant la création du réacteur de troisième génération de Flamanville (Manche) a été signé peu avant le premier tour de l’élection présidentielle.


L’organisation écologiste Agir pour l’environnement annonce, dans une lettre ouverte au président de la république française que sa participation au Grenelle de l’environnement « demeure suspendue à l’adoption préalable de quatre moratoires sur les OGM, l’EPR, la construction de nouveaux incinérateurs et le programme autoroutier »


Plus prudente, France Nature Environnement a indiqué qu’elle entendait « contribuer, de manière à la fois constructive et vigilante à la préparation » de cette conférence écologique.


Le journal de l’environnement donne la parole aux ONG :

« Les réactions des associations à ce grand ministère ne vont pas toutes dans le même sens. «Il ne faut pas partir avec des préjugés», a indiqué la directrice des Amis de la Terre Anne Bringault. Le directeur du WWF France Serge Orru, qui attend de voir si ce ministère est «un pur gadget institutionnel ou un vrai engagement d’Etat», note cependant: «C’est une avancée historique et intéressante. Il n’y a pas d’équivalent dans les autres pays européens».». Pour Arnaud Gossement de France nature environnement (FNE), il y a également des signes encourageants: «Nous étions réservés sur l’idée d’un «super ministère» car nous craignions, du point de vue budgétaire, organisationnel et philosophique, une dilution de l’administration de l’écologie. Mais le président a réintégré l’écologie dans le titre du ministre d’Etat». »


www.buddhachannel.tv

Previous articleUn citoyen engagé
Next article4 Septembre – Anniversaire de Krishna