Accueil Espace Bouddhiste Culture Vietnam, le village où les morts sont mieux traités que les vivants

Vietnam, le village où les morts sont mieux traités que les vivants

13
0

capture_d_e_cran_2016-02-23_a_10.57.17.png
Située dans le centre du Vietnam actuel, l’ancienne capitale d’Hué, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, est une destination touristique connue pour les vestiges de sa citadelle et les tombeaux spectaculaires des empereurs de la dynastie des Nguyen, datant du XIXe siècle.

Dans le village voisin de An Bang, les pêcheurs locaux ont bâti au fil des ans une version populaire des tombeaux impériaux qui attire les curieux.

Ces familles dépensent l’équivalent de dizaines de milliers d’euros pour construire des tombeaux rendant hommage à leurs dynasties anonymes.

Toute la parenté investit dans ces projets disproportionnés par rapport aux revenus des habitants, dans un pays où le revenu annuel moyen est de 2.000 euros. Y compris les proches partis travailler à l’étranger, alors que la guerre du Vietnam a produit une importante diaspora.

Car dans ce concours de création mortuaire, les familles rivalisent d’inventivité. Ceux qui ont «réussi» à l’étranger «envoient de l’argent au pays, lequel est investi dans la construction de tombes», explique un policier local, Hoang Khang.

Au Vietnam, malgré l’athéisme d’Etat officiellement en vigueur, le respect dû aux ancêtres est resté profondément ancré dans la société, pétrie de confucianisme et de bouddhisme.


Lire la suite :www.liberation.fr


Facebook : buddhachannel.tv
Twitter : @ BUDDHACHANNEL


— –

Previous articleFujisan ou la célébration du Mont Fuji
Next articleTim Parks : No Sex ou le bouddhisme au secours d’une âme en souffrance