Accueil Actus Procès de la secte d’inspiration bouddhiste OKC à Bruxelles

Procès de la secte d’inspiration bouddhiste OKC à Bruxelles

7
0

cour_bruxelles.jpg
Cette communauté d’inspiration bouddhiste aux dérives sectaires, c’est la communauté OKC (Ogyen Kunzang Chôling), principalement basée à Bruxelles. Son fondateur est accusé d’escroqueries diverses, de séquestration, et d’abus sexuels sur mineurs.

La communauté Ogyen Kunzang Chôling a été créée début des années 70. A l’époque, elle séduit des couples, des familles, à la recherche d’une vie spirituelle inspirée par la sagesse bouddhiste. Une vie plus proche de la nature.

Robert Spatz, le fondateur, parvient même à les convaincre de laisser vivre leurs enfants au monastère de la communauté, dans le sud de la France. Alors, qu’eux, les parents travailleront à Bruxelles, où se trouve le siège d’OKC. Les enfants grandiront coupés du monde. Aujourd’hui, ils ont une trentaine d’années. De cette enfance à l’écart de la société, ils gardent des traumatismes profonds, le souvenir des mauvais traitements, des abus.

En 1997, des perquisitions auront finalement lieu à Bruxelles et dans le monastère de Castellane. Robert Spatz est arrêté. L’instruction pénale va durer 18 ans. Robert Spatz ne devrait pas assister au procès. Il vit désormais retranché en Espagne et (officiellement) son état de santé ne lui permettrait pas de se déplacer.

Au procès : deux générations face à face

L’image forte de la première journée de procès au tribunal correctionnel de Bruxelles, c’était la dizaine de trentenaires côte à côte au premier rang. Des enfants des premiers adeptes, qui viennent dénoncer la communauté dans laquelle ils ont grandi.

Sur le banc d’en face, les prévenus de l’âge de leurs parents. Mais le fondateur d’OKP est absent…

Continuez à lire: Cliquez ici


Previous articleCroyants ou non, un an après Charlie: tous laïques, mais pas tous les mêmes
Next articleLe Parti communiste chinois renforce sa réglementation sur les « pratiques superstitieuses »