Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme UK — Un bouddhiste peut-il célébrer Noël ?

UK — Un bouddhiste peut-il célébrer Noël ?

10
0


LE BOUDDHISME ET CHRISTMAS (ET NON WINTERVAL) [[Traduit de l’Anglais par Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv ]]



Bah Humbug!



christmasisbanned.jpgLes autres religions non chrétiennes peuvent se montrer quelque peu susceptibles quant à Noël, mais le Bouddhisme est assez conciliant. Il y a quelques années, la ville Christmas à Birmingham, a été rebaptisée « Winterval », suite aux protestations émanant de communautés religieuses non chrétiennes. Mais d’aussi loin que je m’en souvienne, les Bouddhistes ne s’en plaignaient pas. Depuis lors, des exemples similaires de politiquement correct sont devenus lieux communs. Heureusement, il ne semble pas y avoir beaucoup de cas de Bouddhistes usant du « veto de la personne sensible ».



Bien sûr, il y a des aspects de Noël sur lesquels un Bouddhiste pourrait avoir quelques réserves – le consumérisme grimpant et autres, mais ces excès sont les mêmes que ceux, souvent dénoncés par les Chrétiens qui ces dernières années, dénoncent les aspects spirituels de Noël remplacés par une orgie de carte de crédit.






lisasimpsonbuddhism.jpg
LE PERE NOEL APPORTE-T-IL DES CADEAUX

SOUS L’ARBRE DE LA BODHI ???

Dans l’épisode des Simpson intitulé She of Little Faith, dans lequel Lisa se convertit au Bouddhisme, le Révérend Lovejoy tente de la dissuader en arguant qu’elle ne peut célébrer Noël car “le Père Noël n’apporte pas de cadeaux sous l’arbre Bodhi”. Richard Gere apporte sa lumière, en expliquant que les Bouddhistes croient que ces religions fondées sur l’Amour et la Compassion sont des voies spirituelles valides.



Vous pouvez donc manger du gâteau de Noël tout en demeurant bouddhiste,

bien qu’évidemment, vous ne pourrez jamais avoir le gâteau au final,

que vous le mangiez ou non


(tout gâteau étant un phénomène composé et donc sujet à l’impermanence).



Cake400pxwide.jpg



La consommation excessive du gâteau de Noël peut aussi promouvoir l’absence de différence inhérente entre un objet d’attachement et un objet d’aversion.
– « Pourriez vous vous contenter d’une seule part ?
– Regardez donc cette belle part avec du glaçage en plus…
– Qu’y a-t-il, vous ne vous sentez pas bien ? ».





Jésus était-il bouddhiste ?



JESBUDDH.jpgBeaucoup de Bouddhistes croient que Jésus était un Haut Bodhisattva de la manifestation de l’Esprit Illuminé. Quelques indices démontrent aussi que durant les « années perdues », Jésus a voyagé jusqu’en Orient et étudié le Bouddhisme – vous ne pourrez certainement pas trouver plus bouddhiste que le message traditionnel de Noël de « Paix sur Terre – Bienveillance pour tous ». Et qui étaient les Rois Mages au juste, et d’où étaient-ils originaires ? Etaient-ils bouddhistes ?





Un Christmas Carol bouddhiste


L’Histoire bien populaire de Dickens A Christmas Carol bouleverse parfois les Evangélistes chrétiens les plus fondamentalistes, avec ses « fantômes » (pour un Evangéliste, ce genre d’esprit est une apparition de Satan). Mais d’une perspective bouddhiste, l’histoire a du sens : L’avarice de Marley le fait devenir Preta (fantôme) après la mort. Son attachement à la vie était un attachement à l’argent, et dans le royaume Preta son attachement se manifeste en entraves aux chaînes de ses coffres d’argent, clés, registres et lourds porte-monnaie.



Pour l’aider à purifier son karma, Marley part prévenir Scrooge que le même destin l’attend. Marley est assisté dans sa tâche par deux Bouddhas pacifiques (Noël Passé et Noël Présent – les Bouddhas peuvent se manifester sous toute forme bénéfique aux êtres vivants), et un Bouddha courroucé (« Fantôme du Future ! » Je te crains plus que n’importe quel spectre que j’ai pu voir »).



Les Bouddhas font voyager Scrooge à travers une sorte de mini bardo, où il voit défiler sa vie, de l’angle de ce qu’il a fait aux autres, ou pas fait pour les autres, au lieu de ce qu’il a fait pour lui-même. Il se réveille avec un état d’esprit transformé par la compassion et la générosité.





Ho Ho Ho… Hotei! Le Père Noel bouddhiste



hoteison.jpgJ’ai une addiction pour la tartelette de Noël, alors quand vient le moment de l’annuel Bataille des Ardennes à Noël, je mets en pratique depuis maintenant longtemps, le conseil de Langri Tangpa et j’adopte la pratique d’accepter la défaite et d’offrir la victoire.



Malheureusement, cela cause un léger souci de visualisations auto générées. La plupart des Bouddhas sont représentés jeunes, minces et assis bien droit, ce qui signifie que ceux d’entre nous qui sommes dotés d’une apparence homérique (au sens Simpsonien) avons besoin d’une imagination débordante pour « apporter du résultat dans le chemin ».



J’ai été donc assez surpris lorsque j’ai découvert un Bouddha à qui je pouvais facilement m’identifier – Bouddha Hotei – une manifestation du Bouddha Maitreya aux amples proportions physiques (l’article sur Wikipédia le qualifie assez méchamment d’« obèse »).



Bouddha Hotei est très populaire en Chine et au Japon. Il est souvent représenté assis, dans une posture semi inclinée et riant à gorge déployée, en distribuant des cadeaux aux enfants, qu’il sort d’un sac inépuisable. Les similitudes avec le Père Noël sont quelque peu intrigantes.





Le Solstice d’Hiver


Imbolc.jpgBien sûr, les origines de Noël remontent à bien plus loin que la Chrétienté. La majorité des religions du monde sont originaires de régions situées dans des latitudes relativement basses (environ 30°N), où la différence de durée du jour entre l’été et l’hiver n’est pas particulièrement visible. Cependant, pour nous, peuples qui vivons loin de l’Equateur, les longues nuits sombres et les journées tristes et courtes du milieu de l’hiver sont décidément un gros problème. C’est pourquoi le Solstice d’Hiver a toujours eu cette importance pour les Européens du Nord. Il symbolise, sinon la renaissance, au moins la conception de la nouvelle année. Dans le calendrier celtique, Imbolc (Candlemas) était l’actuelle naissance de la nouvelle année, avec l’apparition des premiers agneaux et des premières pousses.



L’Eglise échoua à supprimer les célébrations du solstice et les adopta (de la même façon, elle implanta des églises sur les sites sacrés païens, recouvrant le symbolisme druidique à peine dissimulé, sous des attributs chrétiens. Il n’y a aujourd’hui, aucun indice historique prouvant que Jésus est bien né le 25 décembre.



Le cycle annuel celtique d’Imbolc, Halloween et le Solstice d’hiver offrent une source riche de symbolisme et d’analogie pour le processus de renaissance, de vie, de mort, du bardo et de la conception qui ne seraient pas aussi apparents dans les pays bouddhistes traditionnels, situés à des latitudes plus basses pour la plupart. Il semblerait donc que le Bouddhisme, qui continue de se répandre dans les régions de culture anglo-celtiques, adoptera certaines coutumes du Solstice d’Hiver. Il n’y a aucune raison pour que cela ne se fasse pas, puisqu’on remarque souvent que contrairement à d’autres religions, le Bouddhisme n’est pas attaché à une culture particulière. Il est efficace pour tous les êtres vivants, partout, tout le temps.




– Source : Buddhistchannel

Previous articleThaïlande — Le Temple des Tigres
Next articleL’instrumentalisation des animaux