Accueil Actus Une Creusoise organise une collecte pour les réfugiés tibétains de Conflans 

Une Creusoise organise une collecte pour les réfugiés tibétains de Conflans 

6
0

refugies.jpg
Les réfugiés syriens ne sont pas les seuls à avoir besoin d’aide. En région parisienne des centaine de réfugiés tibétains sans abri vivent dans l’invisibilité.
L’hiver approchant une association de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) s’est mobilisée pour accueillir 200 demandeurs d’asile. Néanmoins, faute d’espace plusieurs dizaines d’entre eux dorment actuellement dehors, sous des tentes installées au bord de la Seine.

Sensibilisée au bouddhisme par sa propre expérience de vie « en dehors de toute religion, politique ou philosophie », Sylvie Furelaud, une habitante de Bourganeuf, à décidé de joindre cette noble cause qu’elle juge essentielle et pourtant pas suffisamment diffusée. Elle dit : « Je sais ce que c’est d’avoir faim, d’avoir besoin d’un toit ou de bénéficier d’une sécurité ne serait-ce que physique (…) Cela fait beaucoup de temps que les Tibétains de Conflans attendent des solutions de relogement ».

Ces personnes fuient le régime d’oppression chinois installé dans leur terre depuis plus de soixante ans. Une occupation qui se sert de méthodes assez dures de répression et qui n’hésite pas à bafouer les droits humains si nécessaire.

Sylvie a donc contacté plusieurs associations pour faire un état de lieux des besoins des réfugiés. Elle a ainsi décidé d’organiser une collecte de produits d’hygiène : papier toilette, savons, protections féminines, brosses à dents, mousses a raser, rasoirs jetables, mouchoirs en papier. « Quelque chose d’accessible financièrement parlant pour chacun de nous en Creuse et que je pourrais transporter avec mon mari », souligne-t-elle.

Elle a déjà distribué des tracts dans les commerces du village en invitant les gens à participer à la collecte. Sylvie va porter directement les dons à l’association de Conflans « lorsque la voiture sera pleine » et « sans doute avant de l’hiver ». Ce qui la motive ? « L’interdépendance est une réalité et une nécessité humaine. Donner, c’est recevoir » souligne-t-elle.

Pour participer à la collecte :
e-mail : sylvie.furelaud@gmail.com, téléphone : 06.87.11.16.05. Pas d’argent ni d’aliments mais uniquement des produits d’hygiène.


Souce: Le populaire

Previous articleAu Japon les couples LGBT peuvent se marier dans un temple bouddhiste
Next articleL’extrémisme bouddhiste en Birmanie : un écueil sur la voie démocratique