Accueil Actus Au Japon les couples LGBT peuvent se marier dans un temple bouddhiste

Au Japon les couples LGBT peuvent se marier dans un temple bouddhiste

8
0

mariage_homosex.jpg
Si en Occident la religion est souvent un obstacle aux mariages gay, en orient le bouddhisme se montre à l’avant garde face à des gouvernements trop conservateurs. C’est le cas au Japon où les mariages de couples homosexuelles sont interdits et pourtant il y a un temple bouddhiste à Kyoto que les célèbrent par le rituel religieux.

Il s’agit du temple Shunkoin que depuis 2010 est visité par couples de la communauté LGBT du monde entier et qui a accueilli les mariages de huit couples gays ( quatre étrangères et deux japonaises). Le temple Shunkoin a voire démarré un partenariat avec l’Hotel Granvia de Kyoto pour offrir des paquets de mariage bouddhiste aux couples LGBT désireuses de se marier.

L’initiative est surgie très spontanément par volonté du moine dirigeant adjoint du temple, Zenryu Kawakami. Il raconte à l’Huffingtont Post d’avoir d’abord reçu une femme espagnole qui lui a demandé de célébrer son mariage. Lorsqu’elle lui a expliqué qu’elle était en couple avec une autre femme Kawakami ne s’est pas opposé. Une pareille initiative a eu lieu à Taiwan où en 2012 la première couple lesbienne du pays s’est mariée dans le style traditionnel bouddhiste.

Le moine japonais Kawakami, qui dans sa jeunesse était hostile envers les homosexuels, a changé d’avis pendant son séjour de huit ans aux États-Unis où il a fait des études universitaires. Il a expliqué d’avoir été parfois discriminé à cause de ses origines asiatiques et lorsqu’il a rencontré des amis homosexuels il a compris que c’était mauvais de les discriminer de par leur diversité.

Il dit aussi qu’après avoir enquêté le sujet dans les textes sacrés du bouddhisme Mahayana, il a découvert que les mariages entre personnes du même sexe ne contredisent pas les écritures. Son objectif est donc de faire connaître cette réalité de manière de propager l’acceptation envers les homosexuels au sein de la société japonaise.

Anciennement, au cours de la période Edo, l’art érotique japonaise (shunga) montrait et approuvait l’amour entre personnes du même sexe. Plus tard, c’est avec l’âge Meiji, l’époque d’importation et d’émulation de la culture occidentale que l’amour homosexuel est devenu un pêché.

Kawakami est convaincu que la plus grande aspiration d’une société est celle d’être heureuse. Selon les statistiques au Japon le 7,6 % de la population appartient à la communauté LGBT, ce qui signifie que le bonheur du mariage lui est empêché. Cependant, quelque chose est en train de changer….


Source : Huffington Post



Previous articleSymboles et images de la forêt dans le bouddhisme
Next articleUne Creusoise organise une collecte pour les réfugiés tibétains de Conflans