Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme Hommage à Maître Taisen Deshimaru – 25 ans déjà

Hommage à Maître Taisen Deshimaru – 25 ans déjà

18
0

SA VIE

Taisen Deshimaru naît en 1914 à Sage, au Japon au sein d’une ancienne famille de samouraïs. Fils d’une fervente bouddhiste et d’un père matérialiste à souhaits, Taisen Deshimaru sera longtemps déchiré entre les profonds sentiments religieux que lui inculqua sa mère et le réalisme de son père. Il tourne le dos à une carrière dans le commerce et entame une quête spirituelle qui le mènera auprès de Maître Kodo Sawaki. Ce dernier est l’un des maîtres zen les plus importants du XXe siècle de l’école sôto aujourd’hui la plus importante des trois écoles zen présentes au Japon (sôtô, rinzai et ôbaku). Kodo Sawaki définit la ainsi pratique de zazen: « Zazen consiste à faire un effort, à devenir intime avec soi-même. Pour voir ce que nous sommes, il n’y a pas de meilleur moyen que zazen ». Taisen Deshimaru devient son disciple. Pourtant, Kodo Sawaki lui refuse l’ordination et le pousse à pratiquer le zazen en société. Peu avant sa mort, en décembre 1965, son maître lui ordonne de propager le zen en Occident.


Taisen Deshimaru
Taisen Deshimaru


Sur une invitation d’un groupe de macrobiotiques, Taisen Deshimaru arrive à Paris en juillet 1967. Il s’y installe et vit de massages Shiatsu tout en donnant des conférences sur le zen. Il sillonne la France en initiant les gens qui l’invitent au zazen. De plus en plus d’adeptes pratiquent avec lui au fil des années. Il ouvre alors un dojo et commence à donner des ordinations de bodhisattva et de moine. Petit à petit sa mission prend de l’ampleur. En 1975 il reçoit la transmission du Dharma de Maître Yamada Reirin, supérieur du temple Eiheiji et devient Kaikyosokan (responsable du zen Soto Japonais dans un pays ou sur un continent) en Europe. En moins de 15 ans, il va fonder plus de cent dojos en Europe, l’AZI (Association Zen Internationale) et le temple de la Gendronnière près de Blois, en 1979.


Taisen Deshimaru
Taisen Deshimaru


Au début de l’année 1982 il tombe malade ce qui ne l’empêche pas de continuer zazen chaque jour avec ses disciples. Très malade il repart au Japon et meurt peu de temps après, le 30 avril. Ces dernières paroles à ses disciples sont « please, continue zazen. »


Taisen Deshimaru
Taisen Deshimaru


ZEN ET ZAZEN, UN ESPRIT COMMUN

« Que chaque événement de votre vie vous apprenne quelque chose. («  »)

Seul celui qui s’est éveillé à son être essentiel peut dire « Je suis » »

Karl-Graf Dürckheim, écrivain.


zazen
zazen


Le Zen, « Dhyâna » en sanscrit, remonte à l’expérience du Bouddha Shakyamuni, qui réalisa l’éveil en posture de zazen au Vème siècle avant J-C. Le jour oú la Réalité lui apparut, il y a environ 2500 ans, on dit qu’il déclara : « Moi et tous les êtres sur la terre entière avons simultanément réalisé l’éveil ».

A partir de là, l’expérience s’est transmise de maître en disciple au fil des années.

Le zen n’est pas une gymnastique de corps ou d’esprit ni une technique de bien-être, c’est un engagement à vivre en harmonie avec son corps et son esprit, à prendre soin de soi comme de son prochain et à affronter ses propres démons.


zazen
zazen


Le Zazen est la méditation assise dans la posture traditionnelle du lotus telle qu’on la pratique depuis le commencement. C’est une technique difficile mais extrêmement « efficace pour l’élargissement de la conscience et le développement de l’intuition ».

On l’appelle « la posture d’éveil » qui permet à celui qui la pratique de se fondre avec tout l’univers. ‘Za’ signifie ‘s’asseoir’ et ‘zen’ signifie ’concentration’, ‘comprendre’.


taisen_deshimaru.jpg


L’OEUVRE DU MAITRE, UN HOMMAGE A L’ETRE HUMAIN

Maître Taisen Deshimaru aime profondément l’être humain ainsi que la nature humaine qu’il pense capable du meilleur.
Au cours de sa vie il travailla longuement à la recherche du bonheur qui pour lui ne pouvait s’atteindre qu’à travers l’éveil intérieur. Selon lui « seul cet éveil soulage les douleurs et apaise les angoisses ». D’après l’enseignement zen, la confiance en soi est très importante pour être heureux ; il ne s’agit pas d’avoir un ego démesuré mais un fort ego afin d’être en accord avec soi-même et de pouvoir braver les intempéries.

A travers des livres tels que La Pratique du Zen, Questions à un maître zen ou encore Za-Zen, il tentera d’aider et d’aiguiller les hommes dans les aléas du monde moderne. Sur la fin de sa vie, il intensifiera ses activités afin de donner un sens à ces êtres en quête de bonheur et de vérité.


sensei.jpg


Peu de temps avant sa disparition il déclarait :

« Ma vie sera peut-être brève,

mais au moins elle n’aura pas été égoïste. »


Esprit01.jpg

« Il n’y a que l’esprit qui souffre.

Si vous êtes anxieux, vous souffrez,

mais si vous désamorcez les racines de votre anxiété,

votre souffrance disparaît…

L’ego souffre pour lui-même ;

sans lui, il n’y aurait plus de souffrances »


portrait_deshimaru.jpg


Dimanche 29 avril 2007 et Lundi 30 avril 2007, se célébrera le 25ème anniversaire du décès du Maître.

Lundi 30 avril à 17h au Temple Zen la Gendronnière, une cérémonie aura lieu en sa mémoire.


www.buddhachannel.tv

DVD-zen.jpg

Previous articleLe Pape à Assise : que cessent tous les Conflits qui ensanglantent la Terre…
Next articleL’Islam au Japon …