Accueil Enseignements Textes fondamentaux Maha Satipatthana Sutta : IV. Dhamma : les quatre nobles vérités 1/4

Maha Satipatthana Sutta : IV. Dhamma : les quatre nobles vérités 1/4

24
0

univers_de_bouddha_400_x_300_-7.gif

Les Quatre Nobles Vérités

Puis encore, un bhikkhu demeure dans la contemplation des objets mentaux dans les objets mentaux en référence aux Quatre Nobles Vérités.

Et comment un bhikkhu demeure-t-il dans la contemplation des objets mentaux dans les objets mentaux en référence aux Quatre Nobles Vérités ?

Voici : un bhikkhu comprend selon la réalité : ” Ceci est souffrance “.

Il comprend selon la réalité : ” Ceci est l’origine de la souffrance “.

Il comprend selon la réalité : ” Ceci est la cessation de la souffrance “.

Il comprend selon la réalité : ” Ceci est la voie menant à la cessation de la souffrance “.

1. Qu’est ce que la Noble Vérité de la Souffrance ?

La naissance est souffrance, la vieillesse est souffrance, la maladie est souffrance, la mort est souffrance, le chagrin, les lamentations, la douleur, l’affliction et le désespoir sont souffrance; être uni à ce que l’on n’aime pas est souffrance, être séparé de ce que l’on aime est souffrance, ne pas obtenir ce que l’on désire est souffrance — en bref, les cinq agrégats d’attachement sont souffrance.

a) Et qu’est-ce que la naissance ? Quels que soient les êtres et leur espèce, le fait de naître, leur origine, leur conception, leur venue au monde, la manifestation de leurs agrégats, l’acquisition des sphères des sens — ceci est appelé la naissance.

b) Et qu’est-ce que la vieillesse ? Quels que soient les êtres et leur espèce, le fait de vieillir, le déclin croissant, la fragilité, l’apparition des poils blancs et des rides, la diminution des forces vitales, l’affaiblissement des facultés sensorielles — ceci est appelé la vieillesse.

c) Et qu’est-ce que la mort ? Quels que soient les êtres et leur espèce, le décès, la disparition, la destruction, la mort, l’achèvement de la vie, la dissolution des agrégats, le rejet du corps — ceci est appelé la mort.

d) Et qu’est-ce que le chagrin ? Le chagrin, la tristesse, la dépression, le chagrin intérieur, le malaise intérieur qui se manifestent en cas d’infortune ou de douleur — ceci est appelé le chagrin.

e) Et qu’est-ce que les lamentations ? Les plaintes, les lamentations, les larmes et les pleurs qui se manifestent en cas d’infortune ou de douleur – ceci est appelé les lamentations.

f) Et qu’est-ce que la douleur ? La douleur physique et le malaise physique, la sensation pénible et désagréable produite par un contact physique — ceci est appelé la douleur.

g) Et qu’est-ce que l’affliction ? La douleur mentale et le malaise mental, la sensation pénible et désagréable produite par un contact mental — ceci est appelé l’affliction.

h) Et qu’est-ce que le désespoir ? La détresse et le désespoir, l’état déprimé et désespéré qui se manifestent en cas d’infortune ou de douleur — ceci est appelé le désespoir.

i) Et qu’est-ce que la souffrance d’être uni à ce que l’on n’aime pas ? Il arrive que l’on soit en contact avec des formes, des sons, des odeurs, des goûts et des contacts physiques qui sont pour nous indésirables, déplaisants, et repoussants ; ou bien que l’on soit en contact, en relation ou en interaction avec des personnes qui voudraient nous voir malades, qui souhaitent notre malheur, notre mal-être et notre insécurité. Ceci est appelé : être uni à ce que l’on n’aime pas.

j) Et qu’est-ce que la souffrance d’être séparé de ce que l’on aime ? Il arrive que l’on soit privé des formes, des sons, des odeurs, des goûts et des contacts physiques qui sont pour nous désirables, plaisants et attirants ; ou bien que l’on soit privé du contact, de la relation ou de l’interaction avec des personnes qui nous veulent du bien, qui nous souhaitent tous les bienfaits, tout le confort et toute la sécurité possible ; ou bien que l’on soit privé de la présence d’une mères, d’un père, de frères, de sœurs, des frères aînés ou cadets, d’amis ou de compagnons. Ceci est appelé : être séparé de ce que l’on aime.

k) Et qu’est-ce que la souffrance de ne pas obtenir ce que l’on désire ?
Chez les êtres sujets à la naissance, le désir apparaît : ‘Oh puissions-nous ne pas être sujets à la naissance ! Oh, si seulement cette naissance n’était pas survenue !’ Mais on ne peut obtenir cela par un simple souhait et ne pas obtenir ce que l’on désire est souffrance — ceci est appelé : ne pas obtenir ce que l’on désire.

Chez les êtres sujets à la vieillesse, le désir apparaît: ‘Oh puissions-nous ne pas être sujets à la vieillesse ! Oh, si seulement cette vieillesse pouvait ne pas arriver !’ Mais on ne peut pas obtenir cela par un simple souhait et ne pas obtenir ce que l’on désire est souffrance — ceci est appelé : ne pas obtenir ce que l’on désire.

Chez les êtres sujets à la maladie, le désir apparaît: ‘Oh puissions-nous ne pas être sujets à la maladie ! Oh, si seulement la maladie pouvait ne pas arriver !’ Mais on ne peut pas obtenir cela par un simple souhait et ne pas obtenir ce que l’on désire est souffrance — ceci est appelé : ne pas obtenir ce que l’on désire.

Chez les êtres sujets à la mort, le désir apparaît: ‘Oh puissions-nous ne pas être sujets à la mort ! Oh, si seulement la mort pouvait ne pas arriver !’ Mais on ne peut pas obtenir cela par un simple souhait et ne pas obtenir ce que l’on désire est souffrance — ceci est appelé : ne pas obtenir ce que l’on désire.

Chez les êtres sujets au chagrin, le désir apparaît: ‘Oh puissions-nous ne pas être sujets au chagrin ! Oh, si seulement le chagrin pouvait ne pas arriver !’ Mais on ne peut pas obtenir cela par un simple souhait et ne pas obtenir ce que l’on désire est souffrance — ceci est appelé : ne pas obtenir ce que l’on désire.

Chez les êtres sujets aux lamentations, le désir apparaît: ‘Oh puissions-nous ne pas être sujets aux lamentations ! Oh, si seulement les lamentations pouvaient ne pas arriver !’ Mais on ne peut pas obtenir cela par un simple souhait et ne pas obtenir ce que l’on désire est souffrance — ceci est appelé : ne pas obtenir ce que l’on désire.

Chez les êtres sujets à la douleur, le désir apparaît: ‘Oh puissions-nous ne pas être sujets à la douleur ! Oh, si seulement la douleur pouvait ne pas arriver !’ Mais on ne peut pas obtenir cela par un simple souhait et ne pas obtenir ce que l’on désire est souffrance — ceci est appelé : ne pas obtenir ce que l’on désire.

Chez les êtres sujets à l’affliction, le désir apparaît: ‘Oh puissions-nous ne pas être sujets à l’affliction ! Oh, si seulement l’affliction pouvait ne pas arriver !’ Mais on ne peut pas obtenir cela par un simple souhait et ne pas obtenir ce que l’on désire est souffrance — ceci est appelé : ne pas obtenir ce que l’on désire

Chez les êtres sujets au désespoir, le désir apparaît: ‘Oh puissions-nous ne pas être sujets au désespoir ! Oh, si seulement le désespoir pouvait ne pas arriver !’ Mais on ne peut pas obtenir cela par un simple souhait et ne pas obtenir ce que l’on désire est souffrance — ceci est appelé : ne pas obtenir ce que l’on désire.

l) Et que signifie : ” En bref, les cinq agrégats d’attachement sont souffrance ? “

Ce sont les agrégats de la forme, les agrégats de la sensation, les agrégats de la perception, les agrégats des fabrications mentales et les agrégats de la conscience sensorielle. Voilà ce dont on dit : « En bref, les cinq agrégats d’attachement sont souffrance. »

Ceci est la Noble Vérité de la Souffrance.

Source : http://www.dhammadelaforet.org

Previous articleMaha Satipatthana Sutta : I. Contemplation du corps (kāyā)
Next articleArchive — Les trésors religieux du Bhoutan à Guimet