Accueil Espace Bouddhiste Ecologie La Parisienne : Une Assurance Verte

La Parisienne : Une Assurance Verte

108
0

L’automobile est aujourd’hui la cible principale des militants environnementaux surtout au sein des agglomérations. Le petit assureur La Parisienne propose donc, avec son nouveau contrat, un compromis astucieux conçu sur un procédé simple : moins vous utilisez votre voiture et moins elle dégage de CO2, plus votre prime d’assurance se réduit. Selon son créateur, Olivier Jaillon, la baisse du tarif peut atteindre jusqu’à 45% du prix de base.


Un concept réservé aux parisiens où la compagnie d’assurance semble avoir flairé une part de marché importante. Olivier Jaillon, quinze années d’expérience dans le secteur, le confirme : « Nous pensons attirer avec notre produit des profils de risque intéressants ». Le principe semble des plus réfléchis puisque l’assureur ne se veut pas seulement le protecteur des seuls militants écologiques trop isolés en ville. Non, pour Olivier Jaillon, le nouveau contrat proposé doit pousser chacun de ses clients à changer ses habitudes quotidiennes. Il les incite, ainsi, à laisser la voiture se reposer le plus possible en offrant l’abonnement Vélib’ ainsi qu’une remise de 50 euros sur le pass Navigo.


L’objectif étant double : privilégier les transports en commun bien plus respectueux de l’environnement et bien sûr restreindre les risques pour sa compagnie : « Techniquement, ceux qui font peu de kilomètres ont moins d’accidents » explique M. Jaillon. La volonté qui prévaut, selon La Parisienne, est que « si un assuré emprunte son véhicule un jour sur trois au lieu de tous les jours, et que si les deux autres jours il utilise un Velib’, le bus ou le métro pour se rendre sur son lieu de travail, il est censé diviser par trois le kilométrage moyen qui est en France de 15 000 kms/an ». L’assurance courre ainsi moins de risques et la planète également.

Privilégier les transports en commun et le Vélib’


Le second bonus du contrat – selon les émissions de CO2 dégagées par le véhicule assuré – semble joindre, lui aussi, les attentes des deux partis. Olivier Jaillon ne joue d’ailleurs pas la langue de bois et affirme « Nous pensons que les conducteurs écologiquement responsables ont un comportement citoyen au volant. » En somme, les risques d’accidents semblent d’autant s’amoindrir.


Donc en jouant le jeu (je parcours moins de 4 500 km par an), le conducteur devrait voir sa prime baisser de 20%. De plus, s’il possède une voiture « propre », il devrait bénéficier d’une nouvelle réduction de 20% (barème figurant sur le site Internet Jemassureaparis).
De quoi motiver tous les citadins à ne plus utiliser son véhicule pour des trajets minimes et réalisables en transports en commun.


Comparativement, La Parisienne ne propose pourtant pas la prime la moins élevée du marché mais ce nouveau contrat novateur semble une belle opportunité pour lier intérêt écologique des consommateurs et intérêt économique des assureurs.


Antoine Ginekis pour www.buddhachannel.tv

Previous articleLe Musée d’Ehnographie de Genève expose « Le Bouddhisme de Madame Butterfly »
Next article14-15 nov — Un week-end d’enseignements avec Sogyal Rinpoché