Accueil Espace Bouddhiste Animaux À qui ce crime profite ? Ou l’art de la désinformation

À qui ce crime profite ? Ou l’art de la désinformation

12
0

À qui ce crime profite ? Ou l’art de la désinformation, calomniez, semez le doute, il est restera toujours quelque chose.
www.slate.fr
Où un énième rapport scientifique démontrerait que manger moins de viande et de produits laitiers n’aurait pas de véritable impact dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Alors que c’est une évidence et tous les êtres intelligents et compatissants le savent : aujourd’hui, il est néfaste de consommer trop de viande et trop de produits laitiers. C’est néfaste pour la bonne santé, néfaste pour l’environnement aussi par l’usage de produits antibiotiques et autres médicaments obligatoires contaminants de l’eau et des humains. Par tous ces lisiers et autres purins qui empoisonnent les sols et nos rivières ; et sans même oser parler de la souffrance animale. Parce que ces gens considèrent que leurs satisfactions immédiates sont plus importantes que les désespérances du poulet élevé en batterie, de la vache épuisée par son obligation de produire et de ces porcs qui ne vivent que pour devenir une tranche de jambon. Ces gens le savent, mais ils font semblant d’ignorer cette maltraitance animale pour que leurs assiettes, et celles du consommateur formaté par la production intensive, soient pleines à raz bord; tout comme les poubelles où aboutissent les surplus.

Que monsieur Le Goff dans les colonnes du journal Le Monde fasse référence aux peurs irrationnelles du Moyen Age et je le cite : « je crois voir et entendre dans la plupart des médias une renaissance de ces côtés arriérés que je croyais disparus. L’écologie, la peur du réchauffement climatique engendrent des propos producteurs de transes et de cauchemars…. face à ces transes, j’ai envie de dire moi aussi: nous ne sommes plus au Moyen Age». Cela ne concerne que son imaginaire de carnivore.

Ici, il n’est pas question de peur, mais d’humanité et de compassion. Tous nous savons que la Terre ne produira pas suffisamment de nourriture pour ces neuf milliards d’hommes et plus qui arrivent très vite. Tous nous savons que le déséquilibre entre pays riches et pays pauvres s’aggrave parce que l’eau potable manque, et la petite agriculture locale auto suffisante est détruite au seul profit des grandes surfaces agricoles productives de céréales et autres soja néfastes pour l’écologie des sols et de l’eau. Seuls les producteurs de viande et autres poissons d’élevage imposent ce dictat : mangez, mangez plus de viande ; buvez, buvez plus de lait.

Alors, devenez des humains omnivores et non pas seulement des carnivores. Mangez des légumes, des protéines végétales et des fruits : c’est bon pour votre sante ; c’est bon pour la planète, c’est bon pour le futur immédiat des hommes.

Ce qui n’est pas dit, c’est comment fonctionne l’avidité et la violence qui en résulte. Les Bouddhistes et les Hindouistes végétariens le savent : les Esprits Avides, nommés aussi Faméliques ne se nourrissent que de la souffrance et du sang versé. C’est aussi pourquoi des religieux utilisent des rituels pour égorger les animaux qu’ils mangent, et ne pas accumuler sur eux la faute de manger ou boire le sang (c’est leur croyance). D’autres n’en mangeront jamais, pour que cette faute ne soit pas directement de leur fait ; ils savent que nous sommes tous interactifs dans ce monde et sur cette Terre.

Mahakala.gif

En illustration de cet article : Mahakala le Grand dévoreur; peinture du Chaman Joska Soos

Voir en ligne sur ce sujet :

www.lepoint.fr

www.hc-sc.gc.ca

forum.doctissimo.fr

Previous articleLes Anges dans l’Art – L’Ange déchu
Next articleQuand les enfants parlent de maltraitances enfantines