Accueil Espace Bouddhiste Ecologie Conférence de Bali : le Changement climatique a sa Feuille de Route,...

Conférence de Bali : le Changement climatique a sa Feuille de Route, c’est tout

22
0


16 décembre 2007



terremalade.jpgLa plupart des pays participants à la conférence de Bali en Indonésie, sous l’égide des Nations Unies, sur le changement climatique se sont félicités de l’accord sur le lancement de négociations qui devront permettre d’arriver à un nouveau traité encadrant la lutte contre le réchauffement climatique après que le protocole de Kyoto soit arrivé à terme.



A l’issue de la conférence de Bali sur le changement climatique, les pays participants se sont mis d’accord sur une feuille de route, sans objectifs, comme le voulait les Etats-Unis. A l’inverse de nombreuses organisations de protection de l’environnement dénoncent le fait que cet accord de Bali n’est pas, sous la pression des Etats-Unis, permis d’imposer des objectifs chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 aux pays riches comme aux pays en développement.



C’est notamment le cas de Greenpeace, du Réseau Action Climat et de la Fondation Nicolas Hulot, pour lesquelles le résultat de la 13e Conférence des Nations unies sur le changement climatique, « n’est pas à la hauteur des attentes concrètes de l’opinion publique et de l’alerte lancée par les scientifiques ».



Des représentants de plus de 180 pays se sont réunis à Bali en Indonésie afin de débattre de mesures internationales contre les changements climatiques. L’objectif était, pendant 15 jours, de définir une feuille de route pour un nouvel accord international de lutte contre les changements climatiques, afin de succéder au protocole de Kyoto, qui expire en 2012.



Cette réunion aura vu un affrontement entre les Etats-Unis et l’Europe, cette dernière désireuse de mettre en place des objectifs chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020, l’Oncle Sam n’en voulant pas prétextant que de tels objectifs seraient un frein pour le développement des pays riches. De son côté, le représentant de la Chine, au terme des négociations de Bali, s’en est pris violemment après le président de la conférence, Yvo de Boer, secrétaire exécutif de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), l’accusant de mettre d’avoir fait en sorte que la Chine ne puisse participer correctement aux débats.



manifestant_papous_AP.jpg

Des manifestants papous sont venus protester devant le consulat des États-Unis à Denpasar, à Bali, en Indonésie, le 10 décembre 2007.


AP Photo/Firdia Lisnawati



Yvo de Boer quittera la conférence de Bali sur le changement climatique en larme, laissant sa place au secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, qui appellera une nouvelle fois les pays riches et en développement à trouver un accord général et équitable sur le climat.



Quelques jours auparavant, le secrétaire général de l’Onu avait déclaré devant les hauts représentants et ministres réunis à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de Bali. que « ce que le monde attend de Bali, de vous tous, c’est un accord sur le lancement de négociations conduisant à un accord général sur les changements climatiques. Vous devez fixer un agenda – une feuille de route sur la voie d’un avenir climatique plus sûr -, assorti d’un calendrier strict afin qu’un accord soit conclu d’ici à 2009 ».


L
e Secrétaire général, qui était retourné à Bali, après une visite au Timor-Leste, avait déclaré qu’il était peu enclin à s’exprimer de nouveau à la conférence, mais qu’il était déçu par les progrès qui avaient été accomplis.



Après une matinée de faux départs et de faux espoirs, samedi matin, avec un jour de plus que prévu, de malentendus et d’incompréhensions, les pays se sont entendus sur une feuille de route qui prévoit le lancement de négociations concernant un accord global portant sur les changements climatiques. Le Bali décision établit un ordre du jour qui encadre les discussions qui auront lieu au cours des deux prochaines années, et fixe une date limite de 2009 pour achever les négociations.



Après que l’accord ait été conclu, le Secrétaire général a publié une déclaration où ils se félicitait que la feuille de route de Bali ait atteint les trois principaux objectifs. « La feuille de route issu des négociations de Bali sur le climat qui a été trouvé est une première étape essentielle vers un accord qui puisse répondre aux menaces liées aux changements climatiques, le défi le plus important de notre histoire. »



La sous-secrétaire d’État des Etats-Unis, Paula Dobriansky, a pris la parole et déclaré que les États-Unis voulaient une feuille de route et voulaient faire partie de cette feuille de route de Bali. « Nous sommes très attachés aux réductions des émissions de gaz à effet de serre à long terme, et les États-Unis travailleront avec d’autres grands pays émetteurs de gaz à effet de serre pour réduire de moitié leurs émissions mondiales d’ici à 2050. »



Et puis Paula Dobriansky a déclaré que les Etats-Unis « aller de l’avant et se rallier au consensus », déclaration suivie d’une forte ovation. De son côté, la Maison Blanche a déclaré que « les États-Unis se joint au consensus issu de la Conférence des Parties à Bali qui est une première étape essentielle pour le processus de négociation des Nations Unies pour un nouveau régime post-2012. »



Pour les Etats-Unis, « les négociations doivent se dérouler sur l’idée que le problème des changements climatiques ne saurait être traitée par des engagements de réductions des émissions de gaz à effet de serre seulement pris par les pays développés. Les principaux pays en développement doivent également agir à la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. »



« Les États-Unis attendent avec intérêt de participer aux négociations envisagées par la feuille de route de Bali, au sein d’un grand processus économique, au sein du G8 et dans d’autres canaux appropriés, en vue de réaliser une approche globale et efficace de l’après Kyoto, l’après 2012.



Par Pierre Melquiot



Source : www.Actualités-News-Environnement.com

Previous articleCher Lama Zopa – Un livre pour transformer les problèmes en bonheur
Next articleBonheur de la méditation – Le livre de Yongey Mingyur Rinpoché