Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme « En Chine, la politique de l’enfant unique ravive des cultes à des...

« En Chine, la politique de l’enfant unique ravive des cultes à des divinités féminines »

21
0

brigitteb.jpgQuelles sont les divinités féminines les plus importantes ? Quelle est leur place dans la hiérarchie des panthéons chinois ? Qui est la Dame du Bord de l’Eau, Chen Jinggu ? Quel est le rôle des femmes dans les activités religieuses des temples locaux ? Quelle est l’importance aujourd’hui des cultes consacrés à demander un enfant ? Les explication de l’ethnologue et sinologue Brigitte Baptandier, directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique – CNRS (LESC, UMR 7186), et auteur de The Lady of Linshui. A Chinese female cult (Stanford University Press).

Comment s’articulent les aspects féminin et masculin dans la religion chinoise ?

yin_yang.pngBrigitte Baptandier : Dans la cosmogonie chinoise, le yin et le yang s’engendrent mutuellement, ils sont complémentaires. Dans leurs représentations figurées, on voit toujours le germe de l’un apparaître dans l’autre. Si le taoïsme semble valoriser le yin, c’est notamment parce qu’il donne naissance au yang. On peut schématiquement associer le yin à l’aspect féminin et le yang à l’aspect masculin, mais sans oublier que les hommes ont aussi une part de yin et les femmes une part de yang.

Dans l’ascèse taoïste, on s’efforce de faire disparaître cette dualité, d’élaborer la quintessence de soi-même, pour donner naissance à ce que l’on nomme « l’embryon d’immortalité », ou la « libération de la matrice » (tuotai) par ce retour au « Un ». L’école Quanzhen (Perfection totale), fondée à la fin du XIIe siècle, comporte d’ailleurs parmi ses Sept Parfaits une femme, bien nommée Sun Buer, Sun la Non-Duelle.

Sur un autre plan, l’organisation sociale donne à voir le rôle imparti aux femmes au sein des lignées et dans le système de parenté et d’alliance. Dans la société patrilinéaire chinoise, on attend des femmes qu’elles soient des mères qui produisent des descendants pour continuer le culte des ancêtres selon la tradition de la piété filiale, d’inspiration confucéenne. Ce rôle de mères des futurs enfants de la lignée du père reste d’actualité dans la Chine moderne, celle de la génération de l’enfant unique : on continue d’attendre des femmes ce devoir de maternité, que bien souvent elles se refusent aujourd’hui à remplir, ne serait-ce que pour des raisons économiques.


Lire la suite sur : www.fait-religieux.com




Previous articleKurungamigajataka — Le jataka de l’antilope kurunga
Next articleGuan Yin