Accueil Actus Le moine tibétain yonnais se mobilise pour le Népal

Le moine tibétain yonnais se mobilise pour le Népal

23
0
Jigmé Thrinlé Gyatso (4e en partant de la gauche), au Népal, avec un ami moine et les danseuses tibétaines. |
Jigmé Thrinlé Gyatso (4e en partant de la gauche), au Népal, avec un ami moine et les danseuses tibétaines. |

Jigmé Thrinlé Gyatso est né en 1967 à La Roche-sur-Yon. Il a consacré la plus grande partie de sa vie à l’apprentissage et l’enseignement du bouddhisme. Il compte de nombreux amis au Népal.

Témoignage

Quand Yves Boudéro devient Jigmé Thrinlé Gyatso

« Je suis né à La Roche-sur-Yon en 1967. Après des études de musique, philosophie, psychologie et langue tibétaine, j’ai enseigné le piano et le solfège. Passionné de poésie, j’ai été émerveillé par les écrits de Jean de la Croix. Cette expérience mystique m’a conduit vers la spiritualité tibétaine, qui fait appel à la logique et non à la croyance. En 1987, je suis devenu moine bouddhiste et j’ai reçu le nom de Jigmé Thrinlé Gyatso ».

Une vie en communauté, puis en ermite

« J’ai vécu pendant treize ans en communauté au centre bouddhique Drukpa à Plouray, ou j’ai exercé diverses responsabilités. Comme celle de traducteur, par exemple, puisque je parle couramment le tibétain. Pendant dix ans, entre 1994 et 2004, j’ai reçu l’enseignement de Shri Sengdrak Rinpoché, à la frontière népalo-tibétaine. Puis j’ai tout quitté pour une vie de retraite, dans un chalet en Savoie. J’ai vécu pendant trois ans en ermite. J’ai consacré une partie de ce temps au partage par l’écriture (1) ».

(1) Jigmé Thrinlé Gyatso a publié plusieurs recueils de poésie aux éditions de l’Astronome.


Lire la suite sur : www.ouest-france.fr




Previous articleTokyo célèbre le Kanda matsuri, une des grandes fêtes du shintoïsme
Next articleAnarchisme bouddhique