Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Temporel et spirituel: l’Église orthodoxe face au pouvoir en Russie

Temporel et spirituel: l’Église orthodoxe face au pouvoir en Russie

17
0

Fin novembre, certains députés du Parlement russe – la Douma – ont soutenu l’idée de la députée Elena Mizoulina, connue pour ses positions conservatrices sur les questions de l’avortement ou de l’homosexualité, de faire entrer dans la Constitution russe l’orthodoxie comme base de l’identité nationale et culturelle. Mais quelle place occupe aujourd’hui l’Église orthodoxe en Russie ? Eléments de réponse avec Elena Astafieva, historienne et auteur d’une thèse sur l’Empire russe et le monde catholique.

Cathédrale Basile-le-Bienheureux, Moscou, Russie. Photo: Stéphane Martin / flickr-cc
Cathédrale Basile-le-Bienheureux, Moscou, Russie. Photo: Stéphane Martin / flickr-cc

JOL Press : Fin novembre, plusieurs députés de la Douma ont soutenu l’idée de la députée conservatrice Elena Mizoulina de faire entrer l’orthodoxie comme base de l’identité nationale et culturelle dans la Constitution russe. Cette idée pourrait-elle être envisageable et acceptée ?

Elena Astafieva : Envisageable oui, il y a en effet une partie des responsables politiques russes qui proposent cela. Quant à savoir si cela serait accepté ou non, il serait intéressant de faire un sondage. Car il faut rappeler que 76 % de personnes interrogées par le Centre Levada se présentent comme appartenant à l’Eglise orthodoxe, mais seulement 3 ou 4% vont à l’église et communient régulièrement.

Il y a donc un intérêt certain pour la religion en Russie, considérées comme un des fondements nécessaires pour construire de nouvelles valeurs dans une société post-soviétique, mais en même temps la pratique religieuse ne suit pas. Je pense aussi que les scandales récents ou l’affaire très médiatisée des Pussy Riot ont montré l’existence d’un gap entre une partie de la société russe, notamment bien éduquée, et l’Eglise.

JOL Press : Que dit la Constitution sur la question de la laïcité en Russie ?

Elena Astafieva : Il faut savoir que le concept de « laïcité » est un concept français, il n’existe pas en Russie ; mais la Constitution russe rappelle cependant bien la séparation des Églises et de l’État. La loi sur la liberté de conscience et les associations religieuses de 1997 a maintenu cela et a introduit la notion de « religions traditionnelles » (l’orthodoxie, l’islam, le judaïsme, le bouddhisme, le catholicisme et le protestantisme), qui sont opposées aux associations religieuses de type sectaire. Mais l’orthodoxie n’a pas pour l’instant de statut de religion d’État, comme cela l’était à l’époque impériale, quand elle était définie comme « première et dominante ».


Lire la suite sur : www.jolpress.com




Previous articleSaint Valentin: la fête païenne antique est devenue un phénomène mondial.
Next articleCinq traditions insolites de la Saint-Valentin à travers le monde