Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme Le Centre Sakyadhita au Sri Lanka

Le Centre Sakyadhita au Sri Lanka

25
0

sakyadhita-sl1.jpgLa Conférence Internationale de SAKYADHITA (Association Internationale des Femmes Bouddhistes) consacrée aux femmes d’obédience bouddhiste, qui s’est tenue au Sri Lanka en 1993, a donné une importante impulsion au rétablissement de la pleine ordination des moniales dans ce pays. Suite à cette conférence Kusuma Devendra, à cette époque présidente de l’Association Sakyadhita Sri Lanka, a pris la décision de prendre la pleine ordination de moniale, alors tombée en désuétude depuis plus d’un millénaire.


Mais qu’en est-il à l’heure actuelle pour les moniales qui souhaitent recevoir la pleine ordination, leur conférant ainsi un statut supérieur à celui des “Dasa Sil Matas“ (détentrice des dix vœux) dont la plupart disposent actuellement ?


C’est grâce à l’initiative de Ranjani de Silva et d’autres encore qu’a été fondé à proximité de Colombo le “Centre Sakyadhita de formation et de méditation“, consacré à la formation des moniales.


À l’heure actuelle, on recense entre 500 et 1000 Bhikkunis (moniales pleinement ordonnées) et de nombreuses Samaneris (novices) qui souhaitent recueillir la pleine ordination (Des chiffres plus précis ne sont cependant pas disponibles).


sakyadhita-sl2.jpgLes Bhikkus (moines) du Sri Lanka ont accueilli de manière amicale cette initiative permettant aux moniales d’être à nouveau pleinement ordonnées, et n’y trouvent rien à redire, contrairement à certains moines d’autres pays asiatiques. Toutefois, ils laissent aux Bhikkunis le soin d’assurer leur propre entretien, et restent finalement dans l’observation du développement de ce mouvement. Il est à remarquer à ce propos que contrairement aux Bhikkunis, seul les Bhikkus reçoivent des subventions de la part de l’Etat.


L’action du Centre Sakyadhita est ainsi devenue fondamentale pour les moniales dans le domaine des formations initiales et supérieures. L’accent n’est pas seulement mis sur l’excellence des formations au plan théorique, mais également sur la grande qualité de celles données au plan pratique, et ce afin de permettre aux moniales d’aborder toute situation dans la vie de tous les jours.


C’est de manière émouvante mais efficace que les moniales viennent en aide aux personnes qui se trouvent dans le besoin. Elles enseignent le Dharma aux enfants des villages, interviennent auprès des jeunes filles qui ont versé dans la délinquance, et conseillent les femmes enceintes et les familles. Elles ont été en première ligne lors des récentes catastrophes naturelles.


sakyadhita-sl3.jpg


Les moniales reçoivent d’appréciables soutiens de la part d’une Bhikkuni venant de Taïwan, laquelle, forte des expériences menées au plan des grands monastères de son pays, leur prodigue tous conseils indispensables.


sakyadhita-sl4.jpgL’Académie bouddhiste de Berlin-Brandebourg, Madame Gabriele Küstermann, et Sakyadhita France s’emploient à apporter leur soutien au Centre de Sakyadhita Sri Lanka artisan des premières pleines ordinations de moniales, mais les moyens matériels s’avèrent encore insuffisants.


C’est ainsi que malheureusement les formations donnés aux moniales qui ne sont pas rattachées au Centre Sakyadhita, ont été réduites de manière drastique, du fait notamment des frais élevés de déplacements des enseignants et des élèves, qui ne peuvent plus être pris en charge.


À l’heure actuelle a débuté la construction d’un petit hall pour que le temple du centre n’ait plus à servir de salle de cours aux enfants ou encore à d’autres activités.


Les personnes souhaitant apporter leur participation ou qui aimerait avoir des informations complémentaires, pourront se reporter sur le site www.buddhistwomen.eu sous la rubrique projets sociaux (NB : Les dons sont déductibles des impôts en France).


Gabriela Frey

Présidente de Sakyadhita France




Previous articleDécouverte de la cuisine Laotienne
Next articleÉthique et destinée du Confucianisme