Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme Zghank Lein, ou les activités d’un lama bouddhiste au Liban

Zghank Lein, ou les activités d’un lama bouddhiste au Liban

8
0
Zghank animant une séance de taï chi.
Zghank animant une séance de taï chi.

Du calme, de la sérénité et de la lumière intérieure qui éclaire son visage. Zghank Lein est un lama bouddhiste, arrivé au Liban en 2000.

Zghank définit sa mission en une phrase: «Montrer le chemin du bien-être à ceux qui sont en quête de bonheur.» Mais aussi aider les personnes dans le besoin, notamment en leur consacrant du temps et en leur accordant de l’attention, qu’il s’agisse de personnes du troisième âge, d’orphelins ou de drogués.

Zghank est un homme sage, un lama bouddhiste, présent auprès de ceux qui veulent réduire leur stress, vivre dans la sérénité et faire la paix avec eux-mêmes.

Arrivé au Liban en l’an 2000, il reçoit tous ceux qui viennent le voir; un lieu où il a également mis en place un espace consacré à la méditation, au yoga et au taï chi.
À l’entrée de son bureau on peut lire «Zghank: paix et amour». Dans la salle d’attente, on trouve une foule d’objets hétéroclites qui lui ont probablement été offerts en guise d’amitié ou de remerciement, et l’on entend des phrases qu’il a lui-même écrites.
«Au Liban, la mission est jeune. Nous recevons de l’aide de l’étranger pour pouvoir être présents par exemple auprès de ceux qui ont besoin de nous. La communauté s’entraide aussi, crée parfois des événements pour collecter des fonds», explique-t-il.
Au cours des consultations, Zghank passe son énergie à ceux qui viennent le voir en leur ouvrant les chakras, qui sont, selon les philosophies asiatiques, notamment le bouddhisme et l’hindouisme, des points vitaux se trouvant au niveau de diverses parties du corps; ils sont responsables de la circulation de l’énergie dans l’organisme et leur dérèglement, qui survient avec le temps et le cumul du vécu, est la source de tous les maux… En termes plus simples il s’agit d’exercices de respiration.
Zghank écoute ceux qui viennent le voir, leur donne des conseils, les aide à dépasser les épreuves parfois. Un peu comme un directeur de conscience chrétien et un peu comme un psychologue.


Lire la suite sur www.lorientlejour.com




Previous articleLe bouddhisme est-il politique?
Next articleJetsun Pema, « La mère du Tibet »