Accueil Espace Bouddhiste Culture La culture tibétaine en vedette pendant le Festival Shoton

La culture tibétaine en vedette pendant le Festival Shoton

8
0
Des visiteurs admirent un thangka géant sur la montagne située derrière le monastère Drepung à Lhasa, capitale de la Région autonome du Tibet, le 6 août 2013.
Des visiteurs admirent un thangka géant sur la montagne située derrière le monastère Drepung à Lhasa, capitale de la Région autonome du Tibet, le 6 août 2013.

Le Festival Shoton, qui a pris fin lundi à Lhassa, capitale du Tibet, a présenté plusieurs expositions sur la culture tibétaine, comme des représentations d’opéra et des expositions de rouleaux peints et de calligraphie tibétaine.

Cette manifestation d’une semaine, aussi connue comme le festival du Banquet de yoghourt, a commencé avec la cérémonie de l’« ensoleillement du Bouddha » au monastère Drepung, vieux de 600 ans.

Des fidèles bouddhistes ont marché autour d’un portrait de Bouddha de 1 480 mètres carrés et priaient alors que les touristes enthousiastes enregistraient ce rite sacré avec leurs téléphones mobiles.

Situé au pied du mont Gambo Utse, le monastère Drepung est l’un des monastères les plus importants du bouddhisme tibétain. Le Festival Shoton est né dans ce monastère il y a plus de 1000 ans.

Losang Danba, secrétaire adjoint du Comité municipal de Lhassa du Parti communiste chinois (PCC), a déclaré que le gouvernement régional a consacré plus de 14 millions de Yuans (2,28 millions de Dollars US) pour élargir les routes menant au monastère afin de rendre les transports plus sûrs et plus pratiques.

Des représentations d’opéra tibétain ont également été organisées au parc Lingka Norbu pendant le festival, qui a attiré plus de 80 000 personnes chaque jour.

Accompagnés par des battements de tambour endiablés, les artistes portent des masques décorés de motifs élaborés et dansent avec passion pour leur public.

Autour de la scène, les spectateurs, dont la plupart étaient des Tibétains, assis sur leurs tapis ou sur des tabourets, buvaient du thé au beurre et du vin d’orge de montagne maison tout en regardant les spectacles des différentes troupes.

L’opéra tibétain, vieux de 600 ans, intègre la littérature, la musique, la danse, la peinture et l’acrobatie locales, avec des histoires basées principalement sur le folklore et les écritures saintes bouddhistes. Cette forme d’art est depuis longtemps une partie importante du Festival Shoton et a été ajoutée à la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2009.

« J’amène toute ma famille pour venir voir de l’opéra tibétain lors de chaque Festival Shoton. Il y a beaucoup de monde et nous devons arriver tôt pour avoir des sièges », a dit Soinam Zhaxi, âgé de 62 ans.

« Les costumes sont colorés, les interprètes sont très beaux. Bien que je ne comprenne pas ce qu’ils chantent, leurs mouvements et leurs expressions m’impressionnent. Je peux sentir leur sincérité et leur enthousiasme », a déclaré Deng Xiaolong, un touriste de 24 ans originaire de la Province du Guangdong, dans le Sud de la Chine.

Yangzom, actrice chevronnée de la Troupe d’opéra populaire Nyangrain de Lhassa, dit que son travail est toute sa vie. « Je continuerai jusqu’à ce que je ne puisse plus marcher », dit-elle.

Autrefois, les opéras tibétains utilisés étaient exclusivement joués dans des espaces ouverts dans les villages, les fermes et les habitations des nobles lors d’occasions festives, avec pour seuls instruments des tambours et des cymbales. Mais aujourd’hui, de nombreuses troupes se sont tournées vers les stades et adopté des technologies modernes pour créer de nouveaux effets visuels et acoustiques.

« Le passage des places aux scènes est la tendance future. Cela aidera les spectateurs non-tibétains à comprendre l’opéra et même à aider cette forme d’art antique à pénétrer les marchés mondiaux », a déclaré Liu Wenfeng, chercheur de l’Académie nationale chinoise des arts.

Les organisateurs du festival ont également organisé une exposition consacrée aux « thangkas », des rouleaux peints tibétains, qui ont une histoire de plus de 1 300 ans.

Une exposition de calligraphie tibétaine a également été présentée lors du festival, avec en vedette un rouleau long de 206 mètres, reconnu par Guinness World Records comme le plus long travail de calligraphie tibétaine.

Le festival était à l’origine une fête religieuse, lorsque les populations locales offraient du yoghourt aux moines qui avaient terminé leur retraite de méditation. Il se tient depuis le 17e siècle et est considéré comme l’un des festivals les plus importants du calendrier tibétain.

Le Tibet a connu une croissance robuste de son tourisme dans la première moitié de l’année, le nombre de touristes visitant atteignant 3,43 millions, soit une augmentation de 21,8% par rapport à la même période de l’an dernier. Ses revenus tirés du tourisme ont bondi de 32,1% d’une année sur l’autre, à 3,2 milliards de Yuans sur la période.

La région du plateau connait généralement une saison de pointe des voyages de trois mois à partir de juillet.


Source : http://french.peopledaily.com.cn




Previous articleConte bouddhiste — Jataka Mahajanaka
Next articleGâteau Salé d’Aubergines