Accueil Espace Bouddhiste Culture CD Chants pour la Paix – Lama Gyurmé & JP Rykiel

CD Chants pour la Paix – Lama Gyurmé & JP Rykiel

7
0

Chants pour la Paix

Lama Gyurme et Jean-Philippe Rykiel



cd-gyurme.jpgDans ce nouvel opus, la profondeur des chants est intacte, l’apaisement est immédiat, à nouveau la voix du lama est portée par l’accompagnement de Jean Philippe Rykiel. Strictement traditionnels, les chants et la mélodie des chants s’enveloppent d’une aura joyeuse qui donne une richesse musicale nouvelle à cette oeuvre. Ces chants de paix, paix pour l’esprit pour conduire à la paix du coeur, déploient une musicalité vaste et semblable à l’arc en ciel : de paroles sacrées murmurées aux chants qui résonnent de rythmes appuyés, une joie essentielle s’exprime. La joie d’avoir rencontré et de pouvoir parcourir des chemins de paix authentiques.


Titres :
– Sept vers au précieux Maître
– Paroles de bénédiction
– Mantra du coeur de Padmasambhava
– Prière aux assemblées de bonne fortune
– Le tambour du ciel
– Hommage aux joyaux de l’éveil
– Mahakala le protecteur
– Prière à Avalokiteshvara



POUR COMMANDER CE CD, CLIQUEZ ICI.





Après

“Souhaits pour l’éveil”

qui ouvrit leur collaboration par un succès mondial,

puis

“Rain of Blessings”

pluie de bénédictions dont la résonance fut elle aussi mondiale, Lama Gyurme et Jean Philippe Rykiel célèbrent avec leur nouvel album

“Chants pour la paix”

à nouveau la rencontre magique d’une tradition millénaire avec le son de la modernité.


La complémentarité étonnante des débuts est au rendez-vous portée par une richesse musicale plus variée, plus étendue.
Une oeuvre qui se déploie de façon brillante et communique une joie profonde
telle qu’elle s’élève quand l’être est en paix.
Paix dont ce nouvel opus est à la fois la destination et le voyage.


La voie du chant, une offrande de sagesse à la modernité


Il est des musiques qui sont plus prenantes que d’autres. Qui vous parlent. Qui vous ferment les yeux et vous emmènent vers des contrées lointaines. La musique de Lama Gyurme et Jean-Philippe Rykiel est de celles-là.
Les chants sacrés tibétains psalmodiés avec lenteur par le lama se peuplent de quelques notes de claviers, de nappes musicales comme flottant au vent, d’images sonores suffisamment dignes et pures pour ne pas risquer de troubler la parole recueillie du moine.


Par endroits, les pianos liquides de Jean-Philippe Rykiel rappellent ceux d’Harold Budd. Le chant rituel se confond alors aux nappes synthétiques dans une toile ambiante des plus mystérieuses, en de lentes volutes ascensionnelles. A la haute inspiration spirituelle se mêlent une grande dignité et une exceptionnelle élégance. Si l’on ferme les yeux, nous voilà en route pour le Tibet, en un voyage sonore étoilé de songes.


La rencontre avec cette musique est étonnante, parfois inattendue, toujours vibrante d’émotion. On s’abandonne volontiers au gré de ces psalmodies d’un autre temps qu’accompagnent des mélodies simples, aériennes et apaisante. La musique est dépouillée, habillant avec humilité et discrétion la voix de diaphragme magique du lama. Et d’un coup elle nous emporte, avec une douceur et une légèreté extrêmes, sur un nuage de sérénité…


Ni métissage culturel – car les chemins sont ici parallèles et les traditions s’accompagnent dans un respect mutuel – ni world music parce que le monde qu’ils nous suggèrent est plus grand que le monde, les quatre albums de Lama Gyurme et Jean-Philippe Rykiel illustrent la mystérieuse interaction de l’intuition et de la connaissance, de la beauté et de sa perception. Chants immémoriaux transmis oralement de génération en génération, ces mantras ont fonction de guide vers la conscience d’une harmonie dont les voix sont multiples et chacun est la voie.




Une rencontre insolite


De la sérénité bienfaisante des monastères tibétains aux champs magnétiques des studios d’enregistrement, du souffle du rituel à la technologie de pointe, deux univers coïncident et témoignent d’éblouissante façon qu’ils n’en font qu’un dès lors qu’ils s’entendent et s’écoutent. Ni métissage culturel – car les chemins sont ici parallèles et les traditions s’accompagnent dans un respect mutuel – ni world music parce que le monde qu’ils nous suggèrent est plus grand que le monde, les enregistrements de Lama Gyurme et Jean-Philippe Rykiel illustrent la mystérieuse interaction entre intuition et connaissance, entre la beauté et sa perception. Chants immémoriaux transmis de génération en génération, ces chants et ces mantras ont fonction de guide vers la conscience d’une harmonie dont les voix sont multiples et chacun est la voie.


Lama Gyurmé

gyurme.jpg


Né au Bhoutan en 1948, Lama Gyurme manifeste très tôt d’exceptionnelles qualités et une forte attirance pour la vie monastique. Il devient résidant permanent du Monastère de DjangTchoub Tcheu Ling dans sa neuvième année et y reçoit une éducation religieuse complète tout en s’initiant aux arts traditionnels dont la musique. C’est lors de sa première retraite de trois ans au Monastère de Sonada (Inde) que le Vénérable Kalu Rinpoché le nomme «Oumzé» (Maître des rituels, des chants et des danses).


Après plusieurs années d’études et d’initiations, il obtient son diplôme d’enseignant de la tradition Kagyupa qui lui est remis par Sa Sainteté Karmapa 16ème. En France depuis 1974, Lama Gyurme dirige les centres de Kagyu Dzong (Paris) et Vajradhara Ling (Normandie) où il enseigne. Parallèlement à son travail avec Jean-Philippe Rykiel, il a interprété plusieurs mantras pour la bande originale du film « Himalaya». Lama Gyurme partage son temps entre les enseignements qu’il transmet à Paris et en Normandie, les concerts en France et dans le monde entier et l’activité intense consacrée au projet du Temple pour la Paix qui s’élèvera à Vajradhara Ling et pour lequel ces chants pour la paix sont un précieux soutien.


Jean-Philippe Rykiel

rykiel.jpg

Né non-voyant en 1961, Jean-Philippe Rykiel apprend le piano en autodidacte dès son plus jeune âge avant de découvrir la musique électronique et les infinies perspectives de création offertes par le synthétiseur. Sa maîtrise de la technique et son intuition musicale lui vaudront rapidement la reconnaissance de ses contemporains et une réputation de musicien et d’arrangeur d’exception. Il a ainsi multiplié les collaborations avec Vangelis, Leonard Cohen ou Jon Hassell ainsi qu’avec les plus grandes voix d’Afrique comme Papa Wemba, Lokua Kanza, Salif Keita et surtout Youssou N’Dour qu’il retrouve régulièrement depuis plus de 20 ans. Parallèlement à ces collaborations, Jean-Philippe Rykiel poursuit une recherche musicale des plus personnelle comme en témoignent ses rares albums solo («Jean-Philippe Rykiel» en 1981, «Under The Tree» en 2003).

POUR COMMANDER CE CD, CLIQUEZ ICI.


Retrouvez également les DVD, CD, livres, jeux, cartes, posters, compléments alimentaires, les accessoires et produits bien-être sur Buddhachannel Boutique.




Previous articleChant de moines bouddhistes en Pali (Sankalpa)
Next articleTshering Wangdu — Discographie