Accueil Enseignements Articles et conférences Enseignement de Maître Ryotan pour son disciple Tokusan

Enseignement de Maître Ryotan pour son disciple Tokusan

8
0

temple-japon.gif
Ryutan Soshin (Ryotan) 760-840, Maitre Chan Chinois nommé : Pont du Dragon.

Comment il su lever un grand disciple : Tokusan Senkan (japonais) Deshan Xuanjian (chinois : Montagne de vertu) 780-865.

Des Grands Maitres ont été dans l’impossibilité de transmettre la lampe, d’autres l’ont fait. Mais c’est malgré eux, c’est toujours la vie et les circonstances favorables qui créent cette opportunité. Dans la pénombre des monastères où seul est entendu le son d’un gong qui résonne : l’éveil et sa fulgurance.

En ce temps là, il ne suffisait pas d’obtenir l’éveil pour soi, l’usage c’était d’aller trouver le Maitre qui le validerait. C’est ainsi que Tokusan qui avait déjà obtenu son éveil, souhaita le confronter à celui du célèbre Maître Zen Ryutan Soshin dont le monastère était sur les flancs d’une montagne : et Tokasan fit son bagage pour le rejoindre. Dans son fort intérieur il était bien persuadé que sa sagesse et sa connaissance des sutras seraient une aide et une lumière pour ces moines sauvages qui ne font que méditer assis.

Il marcha longtemps avant d’arriver au pied de cette montagne ; et il souhaita prendre un repos avant de s’engager plus avant. Il y avait là, une petite maison de thé installée en bordure de route. Il pensait bien y trouver de quoi manger et reprendre des forces pour continuer sa marche.

Une vieille femme tenait cette maison de thé, nommée Tenjin ; ce qui signifie en chinois : de la lumière jusqu’à l’esprit.

La vieille femme demanda à Tokusan :

‒ Qu’as-tu là dans cette boîte qui a l’air bien lourde sur tes épaules?

‒ J’y ai mis dedans mon commentaire sur le plus précieux des sutras : Le Sutra du Diamant. Ce sont des années de travail pour approfondir ma compréhension.

‒ Vraiment ? Maintenant je voudrais te poser une question. Si tu réponds à ma question, je te donne à manger. Si, ta réponse ne me satisfait pas, tu continues ta route le ventre vide.

Tokusan qui était un érudit très fiers et certain de ses connaissances, répliqua :

‒ Très bien, si vous m’interrogez, je répondrais à toutes vos questions.

Et la vielle femme demanda :

‒ Je connais ce Sutra du Diamant : il est écrit que l’esprit du passé est insaisissable, que l’esprit du présent est tout aussi insaisissable, que l’esprit de l’avenir est insaisissable lui aussi. Tu désires un thé et une collation, quel esprit vas-tu utiliser ?

Tokusan resta silencieux sans savoir quoi répondre à la vieille femme. Il dû reconnaître qu’il ne le savait pas. La vieille femme de la maison de thé, lui conseilla de demander la réponse au Maître Zen Ryotan

Il arriva chez Ryotan bien moins arrogant qu’il ne l’était en quittant sa maison.

Le Maître Zen Ryotan l’accueillit avec tant de douceur, qu’il oublia vite son amertume.

Il fit comme tous les autres visiteurs : il s’installa dans la petite chambre qui lui était désignée. Suivant l’ordonnancement des monastères, des moines dormaient dans des petites maisonnées éparpillées autour du temple.

Un soir, alors que Maître Ryotan et Tokusan s’attardaient dans une conversation Ryotan lui dit:

‒ Il fait déjà bien nuit. Tu devrais regagner ta chambre.

Tokusan lui souhaita une bonne nuit et il s’en alla dans la nuit. Quelques instants plus tard, il revenait :

‒ La nuit est déjà bien sombre !

Le maître alluma une lampe, mais alors que Tokusan tendait la main pour la saisir, Ryotan souffla la lampe.

À cet instant-là Tokusan reçu l’éveil : il s’inclina avec respect.

‒ Qu’as-tu reçu pour t’incliner ainsi ?

‒ Je ne douterais plus de votre enseignement, précepteur.

Tokusan venait de saisir que cette lumière qu’il demandait pour éclairer son chemin, cette même lumière était en lui et personne ne pouvait la donner.

Ryotan eut la bonté de saisir le juste instant pour éteindre la lampe et Tokusan l’attrapa tout aussi vif.

Intérieur-extérieur la lampe inépuisable ne le sait pas qu’elle l’éclaire.

L’histoire dit que le lendemain matin, devant tous ses disciples, Ryotan reconnu l’éveil de Tokusan et fit de lui son successeur.

Dans sa chambre, Tokusan brûlait ses commentaires des sutras :

‒ Ma précédente connaissance face à mon éveil est semblable à une seule goutte d’eau dans l’immensité de l’océan qui vient de s’illuminer.

Il fit son paquet et quitta le monastère.

Deux lions ne s’attardent pas dans la même cage.

Previous articleLa marine américaine se tourne vers la méditation pour aider ses membres
Next articleSamedi 9 février – Trio Miyazaki