Accueil Espace Bouddhiste Voyages Kyoto – Le Temple Ryozen Kannon – Au delà de la mort,...

Kyoto – Le Temple Ryozen Kannon – Au delà de la mort, la compassion…

18
0

KYOTO – LE TEMPLE RYOZEN KANNON

Lorsque la Déesse Kannon devient

un Monument au Soldat Inconnu


Temple Ryozen Kannon
Temple Ryozen Kannon


Au lieu des forêts de la montagne Higashiyama, tout près du temple Yokimizu,

se dresse une statue tout en ciment, du beau, du vrai, du blanc,

construite en 1955 en hommage aux victimes de la Deuxième Guerre Mondiale.

Ce pourrait être laid ou kitch malgré la gravité de son sujet,

et en fait le lieu entouré d’arbre prend une dimension poétique et hautement symbolique.

Ce Monument au Soldat Inconnu a la particularité d’être un hommage à tous les soldats morts,

quelque soit leur camp, à la fois alliés et Japonais.

Après les années d’ultra-nationalisme des japonais, le symbole est fort.

Un homme est un homme qu’il soit d’un bord ou de l’autre.

Une souffrance a la même valeur de part et d’autre.

Même aujourd’hui, nous ne devrions jamais oublié ce message.

La guerre est sordide. Des hommes meurent.

Que signifie le mot « Nation » par rapport au mot « Humanité »?

Kannon, la compatissante, propose l’amour comme seul lien de réflexion et de vie.

Aux hommes d’être assez sages pour l’écouter.

Un monument aux morts pour les vivants aussi.

Bien loin du très sulfureux temple Yasukuni à Tpkyo, le flambeau du nationalisme japonais et de l’extrême droite nipponne qui honorent les morts japonais comme des héros, le Ryozen Kannon apporte paix et sagesse face aux souffrances passées.

Chaque visiteur vient faire brûler un peu d’encens pour tous les morts, avec dans le coeur la compassion suggérée par la déesse Kannon, l’image féminine d’Avalokiteshvara.

Cette statue de 500 tonnes et de 24 mètres de hauteur apporte une sérénité certaine dans son cadre de verdure. Pour donner une proportion, l’oeil mesure un mètre de largeur… Cette statue fut érigée par Hirosuke Ishikawa

Temple Ryozen Kannon
Temple Ryozen Kannon
Sur le monument sont écrites les inscriptions suivantes

en japonais et en anglais :

IN MEMORIAM

THE WORLD’S UNKNOW SOLDIER KILLED IN WORLD WAR II

All honor to him, friend or foe,

who fought and died for his country.

May the tragedy of his supreme

Sacrifice bring to us, the living

Enlightenment and inspiration.

Fill us with ever-mounting zeal

For the all-compelling quest of peace,

World peace and universal brotherhood.


Erigé par la Ryozen Kwannon Kai de Kyoto, le 8 Juin 1955

RYOZEN KANNON

A tribute to The Unknowned Soldier

World War II


The islands of Japan are said to have been one of the oldest seats of civilization. In fact the islands of Japan are believed to have seen its first human settlements as early as 10000 years ago and if there were a city that could be named as a storehouse of this enormous history it would the erstwhile imperial capital of Japan, Kyoto. The former capital of Japan, Kyoto is probably the most picturesque city in Japan. The imperial capital was at the pinnacle of its success when the Emperor ruled the country from here and its myriad architectural landmarks like palaces, temples and shrines were built mainly in this period.

Out of the sheer mind-boggling numbers of temples the city of Kyoto has, Ryozen Kannon is one of them. Ryozen Kannon is located near the grounds of Kodaiji Temple on lower slopes of the Higashiyama Mountains. It has a 24-meter (80 feet) concrete idol of Kannon, the Bodhisattva of Mercy, built in 1955 to honor the martyrs of World War II, both Japanese and Allied soldiers. Tourists are allowed to enter the body of the statue to see the Eleven-headed image of Kannon that is housed within. Many of the soldiers’ names are kept in card files.

Memorial prayers are held four times daily in a shrine that houses memorial tablets of Two million Japanese who died in the war. A Memorial Hall in the temple compounds honors the 48000 foreign soldiers who gave their lives on Japanese soil. Inside the somber temple complex is an idol of a reclining Buddha figure in a state of moksha and an altar containing soil from every Allied cemetery in the Pacific theater of war.

De Kyoto, Alain Delaporte-Digard pour www.buddhachannel.tv

Previous articleUSA – Le Bouddhisme et le Mal
Next articleAnnuaire des Centres Bouddhiques du Québec