Accueil Espace Bouddhiste Ecologie PNUE – Ne désertez pas les Zones arides ! – Suite

PNUE – Ne désertez pas les Zones arides ! – Suite

6
1

© S. Rocha / UNEP
© S. Rocha / UNEP


Il faudra peut-être 60 % de produits alimentaires en plus au cours des 30 prochaines années. Le besoin croissant en terres agricoles est responsable de 60 à 80 % de la déforestation.


© L. Nasr/UNEP
© L. Nasr/UNEP


Les zones arides restent appauvries parce que les terres sont souvent surexploitées, que ce soit pour la culture ou le pâturage, ce qui provoque une baisse de productivité.


© Voltchev / UNEP
© Voltchev / UNEP


Au cours des trois dernières décennies, la nécessité d’augmenter les rendements agricoles pour nourrir une population mondiale sans cesse croissante a exercé une pression de plus en plus forte sur les ressources en terres et en eau. Par rapport aux années 1970, il y a actuellement 2,2 milliards de personnes de plus à nourrir.


© Gui Yang Chen/UNEP
© Gui Yang Chen/UNEP


La désertification touche à un degré ou un autre 30 % des terres irriguées, 47 % des terres agricoles non irriguées et 73 % des zones de parcours. La régénération des sols ravagés par l’érosion est un processus très lent. La formation de 2,5 cm de sol peut prendre 500 ans.


© W.Ming / UNEP
© W.Ming / UNEP


Dans de nombreuses régions, les tempêtes de poussière posent un problème de plus en plus grave, car elles altèrent la santé des hommes et des écosystèmes non seulement au niveau local, mais aussi sur de grandes distances. Les tempêtes venues du désert de Gobi ont des conséquences sur une grande partie de la Chine, de la Corée et du Japon


© M. Edwards / Still Pictures / UNEP
© M. Edwards / Still Pictures / UNEP


Les communautés des zones arides sont particulièrement vulnérables à la sécheresse. Elles dépendent souvent du bétail ou de cultures de subsistance et n’ont pas de réserves de nourriture, d’argent, d’assurance ou autres formes de filets de sécurité sociaux pour faire face aux années difficiles.


© Thien Anh Huynh / UNEP
© Thien Anh Huynh / UNEP


Il est plus facile de prévenir la désertification que d’y remédier. La pression démographique et les mauvaises pratiques de gestion des terres sont responsables de cette dégradation. Une meilleure gestion des cultures, une irrigation plus méthodique et des stratégies pour procurer des emplois autres qu’agricoles aux personnes qui vivent dans les zones arides seraient une aide pour résoudre le problème.


© G. Christian / Still Pictures
© G. Christian / Still Pictures


Les zones arides restent appauvries parce que les populations pauvres qui y vivent, notamment les femmes, ont rarement une influence politique de poids. Elles manquent souvent de services élémentaires tels que soins de santé, vulgarisation agricole et éducation.


© M. Edwards / Still Pictures / UNEP
© M. Edwards / Still Pictures / UNEP


La moitié des personnes qui vivent dans le dénuement habitent dans des zones arides. Dans les pays en développement, la mortalité infantile dans ces zones atteint en moyenne 54 décès pour 1 000 naissances d’enfants nés vivants, soit deux fois plus que dans les zones non arides et dix fois plus que dans les pays développés.


Dégradation des sols
Dégradation des sols


La dégradation des sols engendre une diminution de la production alimentaire, de la productivité des sols et de la résilience naturelle des terres. Elle mène à la recrudescence des inondations, l’altération de la qualité de l’eau, l’alluvionnement des rivières et des lacs, l’envasement des réservoirs et voies de navigation.


© Pei Jun Zheng / UNEP
© Pei Jun Zheng / UNEP


Près d’un tiers des terres cultivables a été abandonné au cours des 40 dernières années. Chaque année, 20 millions d’hectares supplémentaires de terres agricoles deviennent impropres à la culture ou sont livrés à l’urbanisation incontrôlée.


© M. R. Campbell / UNEP
© M. R. Campbell / UNEP


Les habitants des zones arides manquent souvent de produits de première nécessité tels que outils, engrais, eau, pesticides et semences. Ils restent pauvres parce qu’ils n’ont pas accès aux marchés et leurs produits atteignent rarement des prix raisonnables à cause de leur mauvaise qualité.


www.buddhachannel.tv

Previous articleLe roi du développement durable est thaïlandais — par Tristan Lecomte
Next articleDécouverte d’importants vestiges bouddhistes en Afghanistan

1 commentaire

  1. PNUE – Ne désertez pas les Zones arides ! – Suite
    Les habitants des zones arides manquent souvent de produits de première nécessité tels que outils, engrais, eau, pesticides et semences. Ils restent pauvres parce qu’ils n’ont pas accès aux marchés et leurs produits atteignent rarement des prix raisonnables à cause de leur mauvaise qualité. Les habitants des zones arides manquent souvent de produits de première nécessité tels qu’outils, engrais, eau, pesticides et semences. Ils restent pauvres parce qu’ils n’ont pas accès aux marchés et leurs produits atteignent rarement des prix raisonnables à cause de leur mauvaise qualité. Là réside le nœud du serpent : ces populations n’ont pas connaissance des modes de cultures sans pesticides ni des engrais obtenus par la décomposition des végétaux. Je me souviens, j’étais à Bora Bora avec un homme qui connaissait parfaitement les plantes de son île. Il me disait :  » tu vois cette plante, il suffit de la faire fermenter et elle devient un excellant fertilisant. Nous n’avons pas besoin de ces chimiques qui empoisonnent le sol comme maintenant sur la culture des pastèques. » L’éducation manque, qui saura le dire ? Les Égyptiens ne connaissaient l’agriculture sans pesticides, on le voit sur leurs bas reliefs, les Incas aussi avaient cette connaissance et certainement d’autres peuples qui respectaient la Terre et sa fertilité.

Comments are closed.