Accueil Espace Bouddhiste Culture Auménancourt – Exposition de l’artiste Rémy Gastambide Bouddha en visite

Auménancourt – Exposition de l’artiste Rémy Gastambide Bouddha en visite

30
0

Né à Saïgon (Sud Viet-Nam) en 1969, Rémy Bac Ai, son vrai nom, a été adopté par un couple franco-suisse, les Gastambide. Elevé à Reims, c’est là qu’il a connu et qu’il est devenu ami avec Franck Guréghian, maire du village d’Auménancourt.

remy_gastambide_epikart_ehPJfh.jpgAprès des études supérieures de dessin académique et d’illustration à Paris, puis à Londres, il s’est tourné vers la photographie de reportage, en hommage aux images de la guerre du Viêt-Nâm, qu’il a découvert à son adolescence.

Depuis 1991, Rémy a poursuivi un essai photographique sur les Amérasiens de la guerre (enfant de père G.I. et de mère vietnamienne) à travers lequel il interroge sa propre identité de métis noir. Ses voyages (retour aux sources) ont mené ses pas au Viêt-Nâm et aux Etats-Unis. Son travail a fait l’objet de diverses parutions dans la presse française et internationale, ainsi que de plusieurs expositions en France, Angleterre, USA, Allemagne et Mali.

Aujourd’hui, Rémy Bac Ai, s’oriente à nouveau vers le dessin et la peinture, « ses premiers amours ». Il a choisi le thème du bouddhisme. Il explore alors les fondements de sa foi profonde, livrant les fruits de sa propre expérience dans cette voie religieuse. Une foi qu’il a suivi étant plus jeune, sous l’enseignement du moine vietnamien Thich Nhat Hanh.

L’artiste signe ses toiles ou ses bandes de papier, de son nom vietnamien : Nguyên Bac Ai. En signant ainsi son œuvre sous cette identité, il affirme qu’elle est « son identité intérieure, passée enfouie ». Nguyên Bac Ai revisite les figures mythiques du Panthéon Bouddhique en utilisant sa technique picturale de son choix, encre de chine, rehaut de blanc, papier kraft. Depuis juin 1999, il a réalisé près de 90 œuvres (dont certaines mesurant 2,8 mètres sur 1 mètre).

Actuellement, son désir le plus intense est de parvenir à décorer une pagode bouddhiste. Ce qui lui fait dire, que c’est le but, le sens même de sa vie.


Source: www.lunion.presse.fr

Previous articleCollège Dominique-Savio: à la découverte des différents lieux de cultes
Next articleMiroku de Saburo Teshigawara — Danse à bout des bouddhas