Accueil Espace Bouddhiste Bouddhisme Culture et partage derrière « la tolérance, la paix et le respect...

Culture et partage derrière « la tolérance, la paix et le respect du bouddhisme »

11
0

culture-et-partage-derriere.gif

« C’est vrai que les Asiatiques sont discrets… Sauf quand ils font la fête ! » Derrière son regard sage et paisible, Vibone Vongsavath laisse transparaître un petit sourire.

Car hier, point de renfermement mais le partage autour de l’illumination de Bouddha ; un temps fort religieux et culturel pour les quatre grandes communautés asiatiques roubaisiennes.

Le vice-président de l’association qui fédère la communauté laotienne avait fort à faire. « Cette année, c’était à nous d’organiser la manifestation. »

L’an dernier, pour une première, c’était les Vietnamiens « et vu le succès, la ville nous a proposé que ce soit la clôture de la Fête de l’amitié », qui avait justement l’Asie pour thème principal.

Faire la fête, pour les Laotiens, ce n’est pas trop compliqué. « Chez nous, il y a une fête par mois dans l’année. » Des événements qui tournent souvent autour de la religion.

« Le bouddhisme, c’est la tolérance, le respect, la paix. » Des valeurs que les Laotiens partagent avec les communautés vietnamienne, cambodgienne et thaïlandaise et qui hier devaient toucher tous ceux qui franchissaient la porte de la salle Watremez.

À Roubaix, les personnes originaires des quatre principaux pays d’Asie du sud-est sont nombreuses. « Deux cents familles parmi les près de quatre cents qui vivent au nord de Paris », rien que pour les Laotiens.

Un chiffre qu’il faut multiplier par trois au bas mot pour avoir une idée de l’importance de cette population, arrivée il y a une trentaine d’années, pour travailler dans le textile.

C’est il y a dix ans que Vibone Vongsavath s’est installé à Roubaix, après avoir vécu à Angers puis à Paris. Mais beaucoup d’Asiatiques vivant dans la région « sont arrivés en 1975 et 1976 », à l’époque où dans leurs pays, les régimes changeaient radicalement de couleur.

Le calme est, depuis, un peu revenu, mais la majorité est restée. A 62 ans, Vibone Vongsavath est retraité sa femme travaille toujours et vend des produits asiatiques : un point commun aux quatre communautés principales vivant à Roubaix.

« Au sein de la communauté laotienne, on communique facilement. Mais avec les autres communautés, c’est différent. Beaucoup de Vietnamiens viennent du Laos, ça va. Avec les Thaïlandais, on se comprend un peu, mais pas avec les Cambodgiens car on n’a pas la même langue. »

Heureusement, dans les grandes lignes, ces quatre communautés pratiquent le même culte et la célébration de l’un des trois grands événements de la vie de Bouddha (l’illumination, après la naissance et avant le Nirvanah) est l’occasion de rapprocher les hommes et de réveiller une culture qui s’enfuit.

« Ceux qui ont moins de 30 ans sont nés ici. » Ont-ils un attachement avec le pays d’origine de leurs parents ? Avec leur culture ? C’est variable, analyse M. Vongsavath.

« Les Asiatiques travaillent beaucoup, les enfants vont à l’école, mangent à la cantine, côtoient davantage les enfants du pays, des Français de souche. Leur pays, c’est ici. Il faut du temps pour assimiler notre culture et les jeunes ne la connaissent pas. Peu d’entre eux parlent notre langue.

Ils la comprennent un peu. Pour moi, c’est un regret. » Les douze heures d’avion et le prix du billet freinent les passerelles avec les pays d’origine. « J’y suis allé une fois avec mes enfants pour les vacances.

Mais ce n’est pas la même vie qu’ici. Ma fille est arrivée ici à l’âge de 4 ans. Elle ne connaît plus rien… Nous, on a vécu si longtemps là-bas. On a la nationalité française mais on est un peu nostalgiques… »

Pour adoucir ce pincement au coeur, la communauté bouddhiste se rattache à la construction de sa pagode. La demande de permis de construire vient d’ailleurs d’être déposée et le bordereau est arrivé hier de la mairie. Un beau présage, le jour de l’illumination de Bouddha ?

Auteur : MARC GROSCLAUDE

Source : http://www.lavoixdunord.fr

Previous articleChine – Temple de Qiongzhu est sauvé des flammes
Next articleDialogue interreligieux : une ouverture spirituelle et identitaire à Roubaix