Accueil Enseignements Articles et conférences Eliminer les actes négatifs et les obstacles des trois temps

Eliminer les actes négatifs et les obstacles des trois temps

25
0

Les Enseignements de Houei-neng

Hui-Neng
Hui-Neng

Sixième Patriarche du Chan, à l’origine de l’école du Sud qui donne la méthode pour d’obtenir l’Éveil instantanément, ici et maintenant.

Lors d’une grande assemblée qui réunissaient ses disciples par milliers:
il prononça ces stances :

Mes Amis,

Lorsque du passé, du présent et de l’avenir

Aucun instant de conscience n’est souillé par la méprise

Nos vieux actes négatifs disparaissent tout d’un coup

Et il y a repentir dès lors qu’en notre essence ils s’abolissent.

Lorsque du passé, du présent et de l’avenir

Aucun instant de conscience n’est souillé par la bêtise,

Les vieux états mensongers du mental s’abolissent

En une perpétuelle abolition dite repentir essentiel

Lorsque du passé, du présent et de l’avenir

Aucun instant de conscience n’est souillé par la haine

Les vieux états haineux du mental disparaissent

Et il y a repentir dès lors qu’en notre essence ils s’abolissent

La notion de repentir est effective dès lors que le mental se soumet à la Mahaprajnaparamita qui pose à sa racine que tous les phénomènes sont vide, dépourvus de caractéristiques essentielles ils ne naissent ni ne cessent.

Voir en ligne :

http://www.buddhachannel.tv/portail/spip.php?article11220

J’appuie ma compréhension de cette stance attribuée au Sixième Patriarche Houei-neng, sur celle proposée par Patrick Carré dans sa traduction du Soutra de L’Estrade ; Editions du Seuil 1995.

La question des fautes commises et de s’en absoudre pour se libérer du cycle sans fin des réincarnations est constante dans le Bouddhisme, mais aussi dans d’autres systèmes de croyance.

La force du Bouddha qui énonce la Sagesse Transcendante est dans l’extinction définitive des croyances dès lors que le mental se libère de l’illusion magique produite par les cinq poisons.: le repentir étant pas essence une désignation vide.

Previous articleHumour – Le Sûtra de l’Ampoule
Next articleLe Bouddhisme et les applications mobiles