Accueil Actus UNESCO-tablettes de bois : la secte Truc Lâm a son mot à...

UNESCO-tablettes de bois : la secte Truc Lâm a son mot à dire

4
0

Le dossier de candidature pour la reconnaissance par l’UNESCO des 3.050 tablettes de bois liturgiques de la secte bouddhique Truc Lâm en tant que patrimoine documentaire du monde, est en cours d’élaboration.

ding.gifCe trésor, précieusement conservé dans les murs de la pagode Vinh Nghiêm (district de Yên Dung), province de Bac Giang (Nord), date de la fin du 19e siècle au début du 20e siècle. Selon les scientifiques, ces tablettes de bois sont les seules de cette secte ayant pu être conservées.

Ces tablettes bouddhiques traitent de nombreux domaines tels l’histoire du bouddhisme, la philosophie et la pratique religieuse de la secte Truc Lâm (une école dhyâna vietnamienne), l’histoire de la création des tablettes de bois, la vie et l’oeuvre des bonzes vénérables ayant contribué au développement de la culture vietnamienne… Elles sont également l’illustration du développement de la sculpture et de la ciselure sur bois au Vietnam, et témoignent du talent des artisans vietnamiens sous les dynasties des Lê et des Nguyên. Chacune de ces tablettes est une oeuvre de sculpture d’une grande ingéniosité.

Les tablettes bouddhiques de la pagode Vinh Nghiêm sont sculptées en idéogrammes sino-vietnamiens sur des planches de plaqueminier, une essence de bois considérée comme miraculeuse. Ce bois est souple lorsqu’il est frais et devient dur et résistant une fois séché, ce qui le rend idéal pour la sculpture. Chaque planche a un format de 33 cm x 23 cm x 2,5 cm. Une fois qu’elles ont servi à imprimer, elles revêtent un aspect noir brillant, de la couleur de l’encre de Chine utilisée à cet effet. Les sculpteurs, triés sur le volet, venaient spécialement de Bac Ninh et de Hai Duong pour faire parler leur dextérité sans pareil. Depuis leur naissance, les tablettes bouddhiques de la pagode Vinh Nghiêm sont imprimées et rassemblées en collections, puis distribuées aux bouddhistes afin qu’ils les conservent dans la pagode suivant le procédé artisanal traditionnel.

Les tablettes de bois bouddhiques demeurent en outre des archives précieuses pour la recherche du développement et de l’évolution du vietnamien et de l’idéogramme sino-vietnamien dans l’histoire. Le trésor des tablettes bouddhiques de la pagode Vinh Nghiêm a été reconnu dès 1964 par le ministère de la Culture (aujourd’hui ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme) vestige historique et culturel national.

Pour rappel : les tablettes de bois de la dynastie des Nguyên ont été inscrites au Registre Mémoire du monde.

Par: Giang Ngân / CVN

Source: http://lecourrier.vnagency.com.vn

Previous articleCentre de Méditation et Temple Bouddhiste Thaïlandais de Waterloo (Belgique)
Next articleAssociation Zen de Belgique