Accueil Espace Bouddhiste Ecologie Le réchauffement climatique devient critique au Tibet, avec d’importantes répercussions en aval

Le réchauffement climatique devient critique au Tibet, avec d’importantes répercussions en aval

20
0

30.11.2009

icone_glacier.jpgPour faire suite à l’article sur la sédentarisation forcée des nomades tibétains du 29 novembre 2009, voici quelques informations complémentaires sur les actions entreprises lors de la Conférence sur les changements climatiques de l’ONU à Copenhague en déc. 2009.

Thèmes de discussion qui seront abordés :
– Pour les scientifiques, le Tibet joue le rôle d’un “troisième pôle glaciaire” en raison de ses 40 000 glaciers, emmagasinant plus d’eau douce que toute autre région du monde, hormis les pôles Nord et Sud [[cf. www.chinadialogue.net pour plus d’information, et entre autres : Glaciers and guesswork, Cascading effects at the third pole, An uncertain future on the Plateau, Why Tibet matters now(1) et Why Tibet matters now (2) ]].

– Les météorologistes chinois ont constaté que le Tibet se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde (+ 0,3 degré par décennie) [[cf. étude du Bureau météorologique de la « Région Autonome du Tibet », 2 mai 2006]].

– Au rythme actuel, près des deux tiers des glaciers du plateau tibétain pourraient disparaître d’ici 2060, selon le glaciologue chinois Yao Tandong [[cité par China Daily, 5 oct. 2004, et dans cet article de China Daily, 4 juin 2007]]. Ces glaciers donnent naissance à des fleuves vitaux pour les populations d’Asie : l’existence d’au moins un milliard de personnes, dans dix pays d’Asie, dépend des eaux du Tibet.

– Depuis l’invasion du Tibet en 1949, le régime chinois d’occupation conduit des politiques d’exploitation minière, d’urbanisation et de développement des infrastructures qui ne font qu’accroître les dégradations de l’environnement : avec des conséquences en particulier sur la quantité et la qualité des prairies du Tibet et sur les ressources en eau. Ces politiques pourraient être également à l’origine de l’accélération du réchauffement du plateau tibétain [[cf. Article de Oliver W Frauenfeld et Tingjun Zhang, « Le réchauffement climatique du plateau tibétain, une retombée de la nouvelle gestion des terres et de leur exploitation ? », 2005.]].

– Pour remédier à ses pénuries d’eau, la Chine prévoit de construire près d’une centaine de barrages sur tout le plateau tibétain et plusieurs projets de dérivation d’eau au profit des régions nord et est de la Chine. Ces projets d’ampleur ne peuvent que bouleverser l’approvisionnement en eau déjà extrêmement problématique de centaines de millions de personnes vivant dans le sud et le sud-est de l’Asie. Concernant la mauvaise qualité des eaux, la Chine a décidé de déraciner et de relocaliser les nomades du Tibet, hors de leurs prairies, prétextant que leurs modes de pâturage menacent l’écologie de la région…


A Copenhague auront lieu également des conférences publiques et/ou tables rondes :

10 décembre, 10h-12h. Tibet Troisième Pôle – Le changement climatique au Tibet : les conséquences pour le Tibet et l’Asie, avec John Isom, Dhardon Sharling, Tash Despa, Stephanie Brigden et en invité spécial le Président Vandana Shiva.

11 décembre, 12h-14h. Crises climatiques, solutions humaines : les nomades tibétains et l’avenir du Tibet face aux changements climatiques.
Les nomades du Tibet ont vécu pendant des millénaires sur les prairies du plateau tibétain, mais ils sont désormais confrontés à une crise à la fois climatique et sur le respect des Droits de l’Homme.

Exposition : 7-18 décembre. Exposition de photos : Tibet Troisième Pôle, les nomades du Tibet en danger.

Projections de films présentés par le Festival du Film du Tibet et Tibet Troisième Pôle.

8 décembre 2009, 17h. « Undercover in Tibet » + Q&R avec Tash Despa.
Jeune exilé tibétain, Tash Despa retourne dans sa patrie, où il a risqué sa vie pour s’en échapper, avec le cinéaste Jezza Neumann.

9 Décembre 2009, 17h. « Meltdown in Tibet » + Q&R avec Charlotte Matthiasen et John Isom / Tenzin Norbu.
Un regard en profondeur sur la fonte des glaciers et du pergélisol dans la région himalayenne.

Source : ITSN, 27 nov. 2009


Source : www.tibet-info.net

Previous articleLes peuples indigènes des îles Andaman – Survival International
Next articlePoint Afrique : un autre tourisme est possible