Accueil Actus Vietnam — Un Don de la Nature

Vietnam — Un Don de la Nature

6
0

UN DON DE LA NATURE [[Traduit de l’Anglais pat Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv ]]



18 / 02/ 2008



Ayant senti que son destin était d’ériger un monastère au Népal, un moine vietnamien a reçu ce qui lui a semblé être un signe miraculeux.



Ho Chi Minh Ville, Vietnam — Huyên Diêu, moine vietnamien d’ outre mer qui réside actuellement au Népal, explique dans son récent bouquin Khi Hong Hac Bay Ve (Quand les Grues Revinrent), comment l’une des espèces les plus menacées, est soudainement entré dans son monastère pour y élire domicile.



honghac-049-08.jpgAux lecteurs, il confiera qu’il considère cela comme une chance offerte à lui, pour avoir accompli l’entreprise d’une vie – ériger un Viet Nam Phat Quoc Tu (Monastère bouddhiste vietnamien) à Lumbini, au Népal et aussi à Bodhgaya, en Inde, là où le Bouddha a atteint l’illumination.



Il se rappelle de la première fois qu’il s’est rendu à Lumbini en 1969 : Il y avait des oiseaux.



« J’ai cru qu’il s’agissait de mauvais esprits ou de fantômes venus d’un autre monde! »




Il décrit l’arrivée des grues ainsi : « ce matin, je sortais de le tente lorsque j’ai été surpris par un couple d’oiseaux géants, qui me dépassaient en hauteur. En ce temps là, j’ignorais que cette espèce était tant menacée. J’ai cru qu’il s’agissait de mauvais esprits ou de fantômes venus d’un autre monde! ».



Depuis ce jour, en plus de son travail au monastère, Diêu s’attribue une autre tâche – protéger ses amis plumés cibles des braconniers locaux et leur fournir un environnement épanouissant.



Dans son ouvrage de 200 pages, Diêu relate l’histoire de sa destinée et la manière dont il a été conduit vers un site sacré, afin d’y ériger une pagode.



Il détaille aussi la vie des grues cendrées ainsi que leurs habitudes, ses efforts pour sauver les oiseaux, et son rôle dans la fin du conflit et de la guerre civile au Népal.



Jeune pèlerin



Né dans la province de Dong Nai près de Saigon, Diêu devient moine bouddhiste très jeune, et il entreprend aussitôt un pèlerinage en Inde.



Plus tard, il étudie en France et dans d’autres pays d’Occident. Il devient par la suite, conférencier en histoire et religion asiatiques.



Diêu fait le serment d’ériger des monastères vietnamiens lorsqu’il arrive pour la première fois à Lumbini en 1969. Il économise alors tous ses revenus provenant de l’enseignement ainsi que des dons d’admirateurs à travers le monde, pour la construction de ses pagodes.



Le berceau du Bouddhisme s’étend du Népal actuel aux deux états du Nord de l’Inde, de Pradesh et du Bihar.



Autrefois, à l’âge d’or du Bouddhisme au début de l’ère Chrétienne, une grande partie des habitants de la région était bouddhiste.



Mais cette religion déclina peu à peu, du à un fort renouveau de l’Hindouisme, et beaucoup de temples et d’académies bouddhistes sombrèrent dans l’oubli.



Aujourd’hui, la majorité de cette région est hindoue.



Ces deux dernières décennies, des fidèles venues des pays bouddhistes des quatre coins du monde, dont le Vietnam, ont afflué ici pour construire des structures bouddhistes qui redonneraient vie à la religion.



Des pagodes vietnamiennes



Bodhgaya, là où Gautama Bouddha, le fondateur du Bouddhisme, a passé 49 jours assis en méditation profonde sous l’arbre de la Bodhi avant d’atteindre l’illumination suprême inégalée, dispose maintenant de quatre pagodes vietnamiennes dont le premier monastère vietnamien de Dieu, construit en 1987.



Son style architectural est typique des pagodes bouddhistes au Vietnam avec leurs toits tuilés et leurs dragons sculptés ornant les extrémités arrondies de chaque toit.



lumbini-049-08.jpgDe nombreuses « sentences parallèles » écrites en Vietnamien par Dieu, sont suspendues aux murs à l’intérieur de la grande pagode.



En 1933, quand le Monastère bouddhiste du Vietnam à Bodhgaya était en cours de construction, Dieu fut invité à rencontrer le Roi du Népal.



Il se rendit avec l’avion privé du roi à Lumbini, lieu de naissance de Bouddha, là on lui demanda de choisir la région dans laquelle il construirait sa pagode.



Très vite, il œuvre à la construction d’un monastère bouddhiste du Vietnam à Lumbini, la première pagode internationale sur le site sacré, située aux pieds des Himalayas, à quelques 250 kilomètres au Sud-Ouest de Kathmandou la capitale du Népal.



En ce temps, lé région était encore déserte.



Diêu, et le président du World Buddhist Federation, voyagèrent dans le monde pour inciter les Bouddhistes à construire plus de temples et de pagodes à Lumbini, faisant d’elle un site de pèlerinage bouddhiste international, disposant à présent de 22 pagodes.



Récemment, la journaliste locale Hoai To Hanh, qui a affirmé avoir été touchée par l’humanité et la bienveillance de Diêu, a fait un emprunt pour publier 30 000 copies supplémentaires du bouquin de son icône.



Hanh appelle aussi à faire des donations pour la publication d’un million d’exemplaires, dont une partie pourvue de traductions anglaises.



Cette année, Diêu participera au Vesak 2008 des Nations Unies, en mai à Hanoi, pour la promotion de son bouquin When the Sarus Cranes Came Back.



Par Giao Huong



Source : Thanh Nien News



Et pour ceux qui comprennent le Vietnamien…

Previous articleChine – L’Islam et le Gouvernement communiste de 1949 à 1978
Next article7 oct. — Sortie du film « Milarépa : La Voie du Bonheur »