Accueil Espace Bouddhiste Culture L’enterrement du Comte d’Orgaz

L’enterrement du Comte d’Orgaz

4
1


L’enterrement du Comte d’Orgaz

Le Greco (1541-1614)

Huile sur toile 460x360cm

Datée de 1586

Eglise de Santo Tomé-Tolède


L'enterrement du Comte d'Orgaz
L’enterrement du Comte d’Orgaz

L’OEUVRE


Cette oeuvre fut réalisée pour l’église de Santo Tomé, à Tolède, à la demande d’Andrès Nùnez, curé de cette paroisse. Elle met en scène un miracle survenu en 1323 lors des obsèques du Comte d’Orgaz. Miracle mettant en scène le ravissement de l’âme d’un noble de Tolède auprés de St Etienne et St Augustin. On voit celle-ci s’élever au dessus du tombeau et gagner un ciel peuplé d’anges, de saints, mais aussi de personnages contemporains. Il se dégage du tableau une forte spiritualité et une atmosphère mystique.

La lumière colorée dans la partie supérieure de la toile dégage une intense énergie où domine la figure de Dieu. La composition se révèle agitée et divisée en plusieurs registres. L’âme du Comte y apparait aux cotés de la Vierge et de Saints entourés de nuages quasi irréels. L’atmosphère de la partie inférieure est au contraire calme et recueillie. On y observe les figures austères des assistants portant des vêtements sombre; noirceur mettant en valeur les chasubles richement ornées de St Etienne et St Augustin, traduites par des couleurs solaires.

Le tableau illustre le passage de la vie à la mort, la dissociation de l’âme et du corps. Il met en lumière les liens existant entre spiritualité et réalité terrestre. Tout cela est renforcé par les techniques propres au Greco que sont d’une part les violents contrastes lumineux accentués par des éclairages froids et l’emploi de couleurs acides, et d’autre part la déformation importante et l’étirement exagéré des corps.

L’ARTISTE

Autoportrait Le Greco - Metropolitan Museum of Art de New York
Autoportrait Le Greco – Metropolitan Museum of Art de New York


Le Greco (1541-1614), peintre espagnol né à Candie en Crète, appartenant au courant maniériste.

On lui prête des débuts de peintre d’icône, proche de la peinture vénéto-byzantine trés pratiquée à cette époque. L’esthétique épurée et spiritualisante propre à cet art se retrouve dans certaines de ses oeuvres. 1566 marque son arrivée à Venise où il collabore à l’atelier du Titien jusqu’en 1570. Aprés un séjour à Rome entre 1570 et 1576, il retourne en Espagne et arrive à Tolède en 1577. Il y réalise des travaux pour l’église de San Domingo el Antigo (Assomption de la Vierge – 1577) et participe ponctuellement à des commandes du roi Philippe II. Il travaille aussi pour la cathédrale de Tolède (Christ dépouillé de sa tunique – 1577-1579).

En 1586, il réalise L’Enterrement de Comte d’ Orgaz , considéré comme l’un de ses plus grands chef-d’oeuvres.

Ses dernières oeuvres sont empreintes d’une grande simplification où transparait une exaltation quasi mystique, traduite par une figuration simplifiée et des lumières presque irréelles.


BUDDHACHANNEL – Série ART et SPIRITUALITE

Laetitia Adeline pour WWW.BUDDHACHANNEL.TV

Previous articleMéditation sur la respiration par Akincano Bhikkhu
Next articleL’acteur des « Sopranos », Michael Imperioli, sort un film sur le bouddhisme

1 commentaire

  1. L’enterrement du Comte d’Orgaz
    J’ai pu voir l’oeuvre à Tolède
    Souvenir ravivé, m’a permis de resituer dans l’oeuvre.

Comments are closed.