Accueil Espace Bouddhiste Ecologie Catastrophes naturelles — Etat des lieux en Asie orientale

Catastrophes naturelles — Etat des lieux en Asie orientale

7
0

typhon-morakot_295.jpg« C’est la pire catastrophe depuis au moins 50 ans », affirment les Taïwannais, sous le choc. Depuis vendredi 7 août, le typhon Morakot (« Emeraude » en thailandais) sévit. Outre des destructions matérielles impressionnantes, on déplore au moins 41 morts et 62 disparus.

Les Philippines, touchées par le même typhon, comptabilisent 20 morts.

Lundi, un deuxième typhon, Etau, est apparu sur les radars. 13 personnes n’ont pas pu être sauvées. En Chine, la tempête tropicale Goni se déchaîne. Une centaine de marins, à bords de dizaine de bateaux cambodgiens, vietnamiens ou chinois, sont portés disparus. Enfin, des séismes se sont ajoutés au lot des catastrophes, en Inde (dans les îles Andaman) et au Japon. Leurs magnétudes ont atteint 6,4 et 7,3 sur l’échelle de Richter.

swisstxt20090810_11058024_2.jpg Alors,  » la pire catastrophe depuis au moins 50 ans », ce n’est pas peu dire. Car, en Asie, on a l’habitude de ce genre de série noire. D’un point de vue géophysique, c’est une des zones les plus « à risques » de la planète.

Les plaques tectoniques indo-australienne et eurasienne se déplacent très rapidement l’une vers l’autre. La vitesse de déformation de ces plaques étant parmi les plus importantes de la planète, les séismes y sont très fréquents.

Par ailleurs, d’un point de vue climatique, en Asie se crystallisent tous les éléments susceptibles de provoquer la formation d’un cyclone. En effet, des masses d’eau chaude venant des océans Indien ou Pacifique, entrent constamment en choc frontal avec des masses d’air froid soufflant de Sibérie ou du Tibet.

C’est pourquoi la population et les autorités locales sont entraînées à ces déchaînements naturels. Ainsi, en amont de la tempête, en Chine, 1,4 millions de personnes ont été déplacées, tandis qu’au Japon, ce sont 2000 personnes qui étaient évacuées. 1600 militaires sont mobilisés à Taïwan, où des centaines de milliers de personnes ont besoin d’être secouru.

Un espoir apparaît : les intempéries semblent perdre de leur ampleur. Ainsi, en Chine, Morakot a récemment été rétrogradé en « tempête tropicale » alors qu’il se rapprochait de Shanghai. Et même si le Japon avait lancé une alerte au tsunami, finalement, seul un « mini-raz-de-marée » de 40 cm s’est formé.

Cependant, tous craignent une redite des catastrophe. En attendant, on évalue, minutes après minutes, les dégâts. Et le bilan provisoire risque de s’alourdir avec les heures. Ainsi, des villageois laissaient entendre sur la chaîne d’information TVBS ou dans le journal United Every News, que les victimes pourraient être beaucoup plus nombreuses.

Marie Koenig pour www.buddhachannel.tv

Previous articlePie XII – Constitution apostolique  » Munificentissimus Deus  » définissant le dogme de l’Assomption
Next article15 août – La Dormition de la Mère de Dieu dans l’Église orthodoxe