Accueil Espace Bouddhiste Culture Chine — Pas de repos pour les guerriers

Chine — Pas de repos pour les guerriers

7
0

11.06.2009

La Chine annonce qu’elle va procéder à de nouvelles fouilles près de Xi’an (Nord), site de la célèbre armée de terre cuite enterrée avec son «premier empereur».

Soldats en terre cuite exposés au musée des Guerriersdans la province de Shaanxi, au nord-ouest de la Chine.
Soldats en terre cuite exposés au musée des Guerriersdans la province de Shaanxi, au nord-ouest de la Chine.

Les archéologues chinois lanceront samedi une troisième campagne de fouilles sur le plus grand des trois sites où, depuis 1974, ont été mis au jour les soldats et chevaux de Qin Shi Huang, « premier empereur de la Chine unie», a annoncé, hier, l’administration de l’héritage culturel sur son site, chinaculture.org.

«Cette fois, les fouilles pourraient répondre à des mystères non résolus, comme le fait de savoir s’il y a aussi des fonctionnaires avec les soldats », déclare Liu Zhancheng, maître d’œuvre de l’équipe d’archéologues du musée de Xi’an, capitale de la province de Shanxi, à 35 km de laquelle a été retrouvée la célèbre armée de terre cuite.

«C’est un peu réchauffé », relativise Marc Restellini, directeur de la Pinacothèque de Paris, où l’exposition sur « Les soldats de l’éternité » a attiré 450 000 visiteurs l’an dernier. «Nous avions nous-mêmes exposé un fonctionnaire, et aussi un scribe», explique-t-il, soulignant l’organisation « par corps de métier » de cet extraordinaire monde souterrain. D’où son scepticisme de trouver un fonctionnaire parmi les soldats, dans la fosse n° 1 concernée. En réalité, les fouilles ne se sont jamais interrompues, assure-t-il. « J’y suis allé sept fois en six mois. Une cinquantaine d’archéologues internationaux grattent le sol en permanence.»

Pour l’heure, «dans la fosse de 230 mètres sur 62, supposée contenir 6 000 figures, un peu plus de 1 000 pièces ont été exhumées : combattants, chevaux et chariots enterrés avec le fondateur de la dynastie Qin (221-207 av. Jésus-Christ)», affirme le conservateur Wu Yongqi.

Liu Zhancheng et ses experts espèrent que les nouvelles technologies, fruit de dizaines d’années de recherches, leur permettront de préserver les couleurs d’origine de leurs découvertes une fois exposées à l’air libre, peut-on encore lire sur chinaculture.org. Par le passé, les statues exhumées ont perdu leur lustre chromatique, virant inexorablement au gris. Les fouilles pourraient durer «au moins une année », selon Wu Yongqi. Mais, durant la durée des travaux, le site restera ouvert aux 2 millions de touristes qu’il attire chaque année.


Par Valérie Sasportas

Source : www.lefigaro.fr

Previous articleVietnam — Les fidèles du bouddhisme Hoà Hao en fête à An Giang
Next articleLire la Bible – La Genèse – chapitre 1