Accueil Espace Bouddhiste Interreligieux Le Swastika expliqué par des Etudiants Hindous

Le Swastika expliqué par des Etudiants Hindous

5
3


UN CONSEIL D’ETUDIANTS HINDOUS EXPLIQUE LES ORIGINES DU SWASTIKA [[Traduit de l’Anglais par Hélène LE, pour www.buddhachannel.tv ]]



Le 31/ 01/ 2008



C’est un symbole iconique et infâme – une croix aux bras repliés – connu sous le nom de « swastika ». Bien que le swastika porte en lui une connotation négative dans le monde occidental, le Conseil des Etudiants Hindous espère corriger cette idée fausse sur le symbole, lors d’une présentation intitulée « Conscience du Swastika ».



hinduswastika.jpg



« Nous voulons juste faire oublier les idées préconçues concernant le swastika » explique Teja Kavi, étudiant en science biomédicale et chargé des relations publiques pour le HSC [[Hindu Student Council]]. « Certaines personnes ne se réfèrent qu’à la part mauvaise du symbole, mais il y a plus ».



Le swastika a été établi avant que Hitler n’y attache le symbole aux bras bandés ou même avant qu’il ne le représente sur les drapeaux rouges. Dérivé du sanskrit « svastika », qui signifie « bon à être », le swastika était à l’origine une marque indo-européenne destinée à porter chance.



autorickshaw.jpgL’un des deux principaux symboles de l’Hindouisme, le swastika représente le cycle de la naissance, la souffrance, la mort et la renaissance. Le Jaïnisme et le Bouddhisme utilisent ce symbole pour une représentation positive.



L’événement détaillera différentes valeurs et implications du symbole, touchant à ses perceptions et utilisations à travers le monde.



« Nous nous battons pour que les gens lui rattachent d’autres significations » explique Kavi. « Le symbole peut être représenté de deux manières ».



Le swastika est une croix aux bras repliés formant des angles droits vers la gauche ou la droite. Le swastika de Hitler était inclinée vers la gauche avec des bras rouges clair sur un fond blanc immaculé, alors que le swastika hindou est droit avec très souvent, quatre points à l’intérieur.



« Je pense que beaucoup n’ont pas conscience qu’il existe une différence, et lorsque vous réalisez, il y a plus de respect », croit Kavi.



L’apprentissage du swastika n’a pas reçu bon accueil en 2007, dans l’une des salles de la résidence, lorsqu’une description des deux significations a été exposée. L’affichage avait été défigurée et parfois même arrachée.



« Ils veulent leur apprendre ce qu’elle signifie pour eux », défend Patrick Lukingbeal, diplômé de l’administration éducative. « Cela bouleversera quelques personnes à cause de l’usage qu’en ont fait les Nazis d’Allemagne, mais ils ont été le plus clair possible dans leur façon de promouvoir l’événement. »



E-mails, affichettes et Facebook ont été leurs outils pour faire passer le mot. Le HSC veut montrer le swastika hindou et ne veut pas choquer le campus ou s’isoler de ses camarades.



hindu-temple_s.jpg

« le swastika représente le cycle de la naissance, la souffrance, la mort et la renaissance »



« Nous avons fait mettre le symbole sur nos t-shirts » dit Kavi. « Nous voulons que les gens prennent conscience de cela, qu’ils ne pensent pas simplement que nous portons des symboles nazis ».



La HSC a informé les organisations étudiantes de l’événement, travaillant à la notification plutôt qu’à la controverse. Rabbi Yossi Lazaroff, directeur du Centre juif Chabad, déclare que la tolérance est nécessaire pour les Hindous et les Juifs.



« Tout le monde doit comprendre que les Hindous ne sont pas insensibles au peuple juif, et les Juifs doivent comprendre que les Hindous et leur swastika n’ont rien à voir avec les Nazis d’Allemagne. » ajoute t-il.



Lazaroff affirme ne s’accrocher qu’à un simple mot d’ordre : défier le corps étudiant afin de valoriser l’éclaircissement sur les idées communes fausses.



« Il faut être respectueux envers la religion d’autrui ». Et de conclure : « Vivez et laissez vivre ».



Le Département des Services Multiculturels a aidé à coordonner l’informationnel. Lukingbeal a travaillé avec le département et explique que l’empressement à comprendre est ce que la HSC requiert du corps estudiantin.



« Cela fera appel à toutes sortes de sentiments, mais les étudiants veulent mettre en lumière le fait que le symbole vient d’une religion pacifique, qui est l’Hindouisme » dit-il.



« Nous nous efforçons d’éclairer A&M » précise Kavi. « Nous faisons quelque chose de différent. Je sais que c’est un campus conservateur, mais il est grand temps que les gens s’informent sur ce qui est bon, et ce qui ne l’est pas. Je pense que nos étudiants sont prêts à le voir. Il faut bien commencer quelque part. Je crois que nous faisons le premier pas ».



Selon le site web de l’organisation, l’objectif de HSC est de « répandre la conscience de la religion et de la culture hindoue, tout en promouvant la croissance individuelle et spirituelle ». Le groupe de près de 50 étudiants accueille quiconque veut apprendre, en proposant aux étudiants une expérience culturelle plutôt qu’un événement religieux.



Par Amanda Casanova



Source : www.thebatt.com (The Independant Student Voice of Texas)

Previous articleLa Chine célèbre la fête bouddhique de Laba en l’honneur de Shākyamuni
Next articleImams et rabbins pour la Paix

3 Commentaires

  1. Le Swastika expliqué par des Etudiants Hindous
    source Wikipedia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Svastika#Sens_de_rotation
    Le svastika inscrit dans un carré peut être retourné selon une ligne sagittale, donnant deux versions de sens opposé, facilement identifiables visuellement, mais difficilement différentiables dans certaines langues. En sanskrit, les deux formes portent des noms qui diffèrent par le radical : « bon » pour l’une et « mauvais » pour l’autre. En Occident, on considère en général que le svastika « tourne » ; On le qualifie donc de « dextrogyre » (dextro = droite ; gyro = tourne) lorsqu’il tourne dans le sens de aiguilles d’une montre, et de « lévogyre » dans le cas contraire. Mais l’emploi de ces adjectifs ne fait qu’entretenir la confusion, car il existe deux interprétations possibles du sens de rotation.
    Comme l’indique son nom sanskrit, le svastika est dans les mystiques orientales un signe de bon augure. Invention hindoue, il fut emprunté ultérieurement par les bouddhistes et les jaïnistes.
    Il est principalement un symbole cosmique mettant en scène le mouvement perpétuel de rotation autour d’un point fixe, celui de l’univers qui subit toutes les évolutions, de tous les cycles, de la transcendance. Il représente plusieurs forces positives, comme Ganesh dans l’hindouisme, dieu que l’on invoque pour tout commencement comme étant celui qui écarte les obstacles, parfois représenté sur un lit de svastikas. Chez les bouddhistes il représente la connaissance ésotérique et la roue du dharma.
    Le svastika a été utilisé par les bouddhistes probablement dès la fondation de cette religion aux alentours du VIe siècle av. J.-C. En dehors de l’Inde, svastika et sauvastika ont d’abord été indifféremment utilisés, les deux formes étant considérées comme aussi favorables l’une que l’autre. Néanmoins, l’apparition du sinogramme wan 卍 vers l’époque des Liao a favorisé la forme pointant vers la gauche, plus fréquemment employée. Après la Seconde Guerre mondiale, le stigmate nazi du svastika pointant vers la droite l’a pratiquement fait disparaître en Europe.
    Chez les Tibétains, le svastika est appelé གཡུྒདརུྔ (g.yung-drung), ce qui signifie « éternel ». Traditionnellement, les bouddhistes tibétains adoptent le svastika pointant vers la droite comme les Indiens, tandis que les bonpos, pratiquants de l’ancienne religion tibétaine pré-bouddhique Bön, utilisent le svastika pointant vers la gauche.
    En Corée, le svastika est très courant dans les rues où il indique un lieu bouddhiste.

  2. Le Swastika expliqué par des Etudiants Hindous
    Bonjour, j’utilise parfois le symbole Anthakarana lors de mes séances de reîki. Quand est il de l’utilisation du symbole Svastika ? est il à même d’optimiser la capatation de l’énergie universelle ou d’en faire ressurgir certaines propriétés que cela soit en méditation ou lors d’une séance de traitement reïki ?
    Si vous pouvez me donner des informations à ce sujet ou m’orienter vers d’autres sites plus spécialisés, je vous en serai reconnaissant.
    Merci pour votre site

    Frédéric RAYMOND

Comments are closed.